Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Politique N'est Pas Une Fin En Soi, Elle N'est Que L'outil Nécessaire À L'équilibre Du Monde.

  • : Le blog de cronos
  • Le blog de cronos
  • : Ici le politiquement correct et la langue de bois sont définitivement bannis, la droite et son extrême y sont honnies, la pseudo gôche de la rue de Solférino y est moquée, la vraie gauche y est chez elle, celle des citoyennes et citoyens du monde qui rêvent d'humanisme et de liberté. Nous ne pourrons connaître la paix et le bonheur tant que nous n’aurons pas éradiqué l'oligarchie financière et les prédateurs que sont les banques internationales.
  • Contact

Recherche

Pages

17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 17:57

" Après la dernière séquence politique et les prises de position des uns et des autres - je ne citerais aucun nom dans ce texte - il est une évidence que nul ne peut plus nier, la guerre des classes est à nouveau d'actualité !… L'hystérie et la folie à de nouveau pris corps à Bonn et à Berlin, se contaminant à l'Europe entière.

Bon, nous, voilà maintenant devant un mur, non pas celui des lamentations, bien que, à écouter les uns et les autres, on serait en droit de se poser la question… Si nous voulons vivre libre, nous devons abattre ce mur, tout comme la fin de l'empire soviétique a permis d'abattre celui de Berlin, nous devons abattre celui de l'empire capitaliste : le mur de l'argent !… Nous ne pourrons malheureusement pas le faire démocratiquement, la démocratie n'existant plus comme cela vient de nous être rappelé (Europe/Grèce) par les tenants du pouvoir et leurs serviteurs zélés. Nous devrons donc le faire par une révolution, ce n'est pas d'aujourd'hui que je le dis, mais passons … Cette révolution ne sera ni citoyenne, ni républicaine ; il faut impérativement s'en convaincre maintenant !… Les gens qui détiennent le pouvoir et l'argent : l'oligarchie capitaliste, ne nous laisse aucun autre choix possible en refusant aux peuples de déterminer par eux-mêmes leur destin. Ceux qui me suivent et m'apprécient sur ce blog savent, ô combien, comme le mot "peuple" m'incommode lui préférant et de loin celui de "prolétaire". Nous voilà donc retournés plus d'un siècle et demi en arrière, il va nous falloir reconquérir notre liberté, il va nous falloir réimposer l'égalité de tous, et pour ce faire notre fraternité sera mise à rude épreuve et pendant de long temps.

Aussi, je me déclare en guerre contre l'oligarchie capitaliste et tous ses serviteurs zélés, politiques, hauts fonctionnaires d'état, syndicalistes marrons (Ils le sont tous, aujourd'hui !…), propriétaires et actionnaires des grands groupes de presse et des médias, banquiers et autres zélateurs du dieu "argent". Cette guerre sera sans merci et sans pitié, notre arme la plus forte est paradoxalement l'argent que nous n'avons pas ; aussi déclarons, ensemble, que toutes les dettes existantes, je dis bien toutes les dettes d'états, personnelles, publiques et d'entreprises sont déclarées odieuses donc non-remboursables !… Faisons à l'instar des Islandais un refus général de paiement des dettes bancaires, stoppons les paiements de nos impôts, et pour les entrepreneurs et professions libérales stoppons de la même manière le paiement des taxes et charges diverses et variées - Réalisons l'insurrection par l'argent - L'argent est leur force, mais c'est aussi et surtout leur plus grande faiblesse !… Voyez comme ils craignent une contagion des esprits à la méthode grecque ou espagnole. "

Voilà un texte que j'aurais aimé lire sous la plume de nos leaders de gauche, mais ne rêvons pas, ce n'est qu'un petit et vieil anarchiste qui vient de le pondre, je me laisse encore cette utopie …

Partager cet article

Repost 0
Published by cronos
commenter cet article

commentaires

puèg-pichot 17/08/2015 20:27

Nous sommes bien d'accord, Denis, c'est bien l'argent qui fait tourner le système capitaliste/libéral/impérialiste. L'idée de ne pas rembourser la dette est la base de la révolution. Mais là où je diverge c'est que tu dis que la révolution ne sera pas citoyenne. Républicaine, là je te l'accorde, il ne vaudrait mieux pas utiliser ce mot bien trop connoté. Le terme "République" n'a plus de sens et ne correspond plus historiquement au problème qui se pose à nous. Si la République avait un sens en 89 pour mettre complètement à plat la royauté, elle n'a plus d'utilité, dépassée par la réalité actuelle.
Par contre, je pense qu'elle doit être "Citoyenne". Je m'explique : comme tu le sais, je suis un militant associatif, branché sur des questions de pollution, distribution locale, production coopérative.
Dans la région du Nord-Anjou, région à la fois agricole - élevage essentiellement - et industrielle. Anciennement mine de fer et d'ardoise...qui ont pris l'eau. Il a fallu réorganiser le tissu économique local. Un peu tout le monde s'y est mis. Dans les années 80 c'était dur, le chômage touchait beaucoup de monde, l'agriculture plongeait.
Ce qui a mobilisé les gens, citadins et agriculteur, ça été la volonté d'EDF de venir enfouir des déchets dans le sous-sol local. Une, idée géniale. Je suppose qu'il se sont dit, là haut, :"Le segréen est pleine déconfiture, les édiles vont se réjouir d'avoir des subsides... Sauf que les paysans, puis quasiment tout le monde s'est mobilisé : "pas de cette saloperie ici !" La lutte a été rue, mais elle a été gagnée. Cela a permis de resserrer les rangs. Les premières coopératives d'un nouveau genre ont commencé à apparaître, circuit courts, monnaie locale.
Des industries de transformation se sont installées, pas toute vraiment "écolo" mais c'est reparti. Ce n'est pas le Pérou et le système est bien en place, les hypermarchés se multiplient( hélas !) et un MacDo a fait son apparition(Tu parles d'un avantage !) . Preuve en est que globalement, le chômage est moins présent localement.
C'est tout un ensemble : mais dans la région coexiste une économie traditionnelle capitaliste et une économie locale qui fatalement interfèrent.
Le but du jeu étant de progressivement grignoter l'espace d'échange. Cela ne va pas vite mais cela n'aurait pu se produire sans la convergence quasi unanime des "citoyens", appellent les comme tu voudras, pour un intérêt commun.
Une petite vague + une petite vague + etc. = soliton qui dévaste tout !
Je sais bien qu'il va falloir mettre les bouchées doubles car le temps presse !

Carol DEBY 29/07/2015 15:21

Je te téléphonerai demain, , vers 11,30 h.
Courage, vieux frère, je t'embrasse.