Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Politique N'est Pas Une Fin En Soi, Elle N'est Que L'outil Nécessaire À L'équilibre Du Monde.

  • : Le blog de cronos
  • Le blog de cronos
  • : Ici le politiquement correct et la langue de bois sont définitivement bannis, la droite et son extrême y sont honnies, la pseudo gôche de la rue de Solférino y est moquée, la vraie gauche y est chez elle, celle des citoyennes et citoyens du monde qui rêvent d'humanisme et de liberté. Nous ne pourrons connaître la paix et le bonheur tant que nous n’aurons pas éradiqué l'oligarchie financière et les prédateurs que sont les banques internationales.
  • Contact

Recherche

Pages

14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 18:39
graphique soutenabilité
graphique soutenabilité

Si nous ne réagissons pas rapidement en renversant l'ordre néolibéral l'Humanité est perdue... Vous avez souvent rencontré ces mots la sous ma plume, aussi vous n'allez pas être étonnés.

Jusqu'à un passé récent je ne voyais pas clairement comment le mécanisme de chute de la brillante civilisation occidentale allait se produire mais je commence à comprendre comment cela va se produire : en fait ce sont les réfugiés de toutes origines qui vont précipiter le naufrage, entraînant en même temps l'ensemble de peuples.

Rappelons quelques données : que ce soit les prévisions du Club de Rome, les prévisions des experts du GIEC, les modèles civilisationnels tels que HANDY, tous ces Cassandre s'avèrent avoir raison quand les mesures réalisées par la NASA non seulement confirment toutes ces prévisions et modèles et même établissent que les experts ont sous-estimé la dégradation qui est en train de se produire.

Pour avoir travaillé sur HANDY, moins complexe ( et qui m'est assez familier ) je peux brosser les causes qui peuvent provoquer un écroulement brutal de l'équilibre instable dont on peut déjà déceler le déplacement. Tout d'abord les paramètres qui créent (et ont créé de fait) cet état d'instabilité :

1° Un niveau objectif de prélèvement des ressources naturelles, à la fois celles qui sont non renouvelables et celles qui le sont. Ce qu'on appelle charge de prélèvement.

2° Un écart considérable dans la stratification de la répartition des richesses : ce qu'on appelle le rapport stratification ( donnant ce que nous appelons le « 1% »)

3° Une population bien trop importante créant un levier amplificateur aux deux premières raisons.

Le modèle HANDY donne une courbe d'évolution de la soutenabilité du système dans son ensemble qui a sensiblement cette allure (voir le graphique plus bas ou au début)

La chute brutale de la soutenabilité va provoque une amplification de ce qui est en train de se produire tous les jours avec les « réfugiés »...

Rappelons ce qu'est un équilibre : C'est un état dynamique où des mouvements qui s'opposent agissent pour ramener cet état vers des processus qui assurent la soutenabilité de cet état. Hélas le système néolibéral a provoqué la disparition de mouvement de compensation de sa propre activité. En créant un pseudo système de « libre échange » attisé par une détérioration incroyable des écosystèmes et une économie de la concentration de la richesse, augmentant de façon insensée la stratification, l'équilibre s'est déplacé vers un nouvel état d'équilibre dont la soutenabilité est de beaucoup inférieure à tout ce que les sociétés humaines ont connu jusqu'ici. En effet, en atteignant les écosystèmes naturels dans leurs équilibres propres, une nouvelle situation tend à se créer. Et ceci à deux niveau :

a) Géopolitique : les différentes crises du proche et moyen orient ont généré un monstre que l'on peut appeler comme ont veut, DAESH par exemple, mais qui dans sa reconnaissance sociale est la volonté de revenir en arrière, les meneurs de ces mouvements sentant confusément que l'équilibre a été salement déplacé dans le mauvais sens. La conséquence immédiate on l'a tout les jours à la télé : des réfugiés qu'il faut bien accueillir mais dont l'accueil se heurtera à la fois à un problème économique( les états ayant abandonné toute latitude de réaction souveraine aux mains de la finance) et un problème social : la précarité des populations autochtones causant de la part de celles-ci une réaction de rejet. Ne nous y trompons pas, ne soyons pas angéliques : nous pouvons toujours déclarer et le crier très fort qu'il faut les accueillir, cet accueil humanitaire provoquera un appauvrissement obligatoire...sauf si nous arrachons la richesse à la main-mise de la finance sur l'économie souveraine.

b) Écologique : Nous allons bientôt avoir aussi des réfugiés écologiques, des populations dont l'outil de travail, généralement agricole aura été détruit par la monté des eaux. Les états se heurteront aussi aux inondations des villes, généralement carrefour vitaux de l'économie, car situé en bord de mer ou d'océan. Et là, ce ne seront pas des étrangers mais bien les propres populations des états souverains qui se trouveront sur les routes privés d'emploi, de domicile, de toutes les facilités qui font la société occidentale. Ceci peut être évité si l'on reconnaît que le problème va se poser sous peu. Une ville comme Nantes, comme Le Havre ou Londres seront directement touchées. Et je ne parle pas des pays bas ! Les londoniens ont commencé depuis quelques années à percevoir un réel problème de montée des eaux mais n'ont jusqu'ici que pallier des difficultés constatées en montant des barrages de régulation...insignifiants. Dans ce secteur aussi il faut, en tant que citoyens exiger que l'état prenne en main la reconfiguration économique et social des pays ce qui oblige à ce que l'état recouvre sa propre autonomie de décision, indépendamment des financiers. Exigeons que l'état devienne démocratique et peut-être la catastrophe immanente sera en partie évitée.

C'est donc vers un état de guerre civile que nous nous dirigeons et les gens qui pensent encore que l'on pourra l'éviter en passant par les urnes se trompent gravement. Il faut que partout les citoyens exigent et reconstruisent la démocratie et n'attendent rien des partis actuels : il faudra seulement compter sur nos propres forces en retrouvant la notion de luttes des classes dont on nous a dépossédés. OUI, je sais, j'en reviens toujours au même point...car tout se tient.

Debout, les damnés de la Terre...

Debout, les damnés de la Terre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Puég-pichot
commenter cet article

commentaires

Maignial 15/09/2015 17:01

Ne rien attendre de l'état et des partis. Se construire nous même. J'avais apporté ma contribution à cette réflexion sur le blog d'Alexis Corbière, peut-être vous en souvenez-vous: la désobéissance pacifique. Un mouvement de personnes qui s'excluent du système fiscal de leur pays en travaillant pour le compte de leur organisation et sous sa protection sociale.

Sans aller aussi loin, j'ai lancé une piste récemment sur le m6r (qui patine). Voici mon commentaire:

"Jusqu'à récemment, j'étais pour un candidat pour la VIème en 2017. Je n'ai pas définitivement changé d'avis, car cette méthode a fonctionné en Amérique du Sud et ça aurait pu le faire en Grèce, si Tsipras avait écouté Varoufakis. Mais je crois que ça ne doit pas être notre priorité. Changeons les choses sans attendre que le système nous le permette!

Peut être pourrait-on soutenir des associations et des entreprises d'intérêt écologique et social! Les CIGALES le font déjà, par exemple: ce club citoyen se porte actionaire minoritaire à bas taux dans des entreprises qui ont besoin d'aide financière. On pourrait faire ça avec les travailleurs de Nexcis, cette entreprise soutenue par Mélenchon pour sa dimension écologique. On pourrait aussi se tourner vers des associations comme Kokopelli, ATTAC et autres. Ce serait une façon de remplacer l'état qui ne fait rien, et on pourrait même étendre la lutte par delà les frontières".

puèg-pichot 16/09/2015 17:14

Tu mets le doigt sur la solution ou plutôt sur une partie des solutions, mais l'idée est là. A un moment où de nombreux camarades se demandent pourquoi JLM ne se sépare pas nettement de ce qui reste du PCF en "brisant là" d'avec P. Laurent, en entretenant d'une façon voilée un certain lien avec la "dynamique des partis frères" , façon Mitterrand, cela nous permet en tant que militant de la gauche de combat d'envisager une autre approche, une autre façon de voir les partis, et surtout en cherchant à briser le carcan qui nous enferme dans une logique politicienne à la façon du XXème siècle révolu.
A mon sens tout est à inventer : jamais la société et la Terre entière ne se sont trouvées dans l'état actuel, complètement nouveau, état résultant de l'application à son paroxisme politique d'une "religion" prétendument étayée par la sciences économique qui n'est en réalité que du vent, en tout cas pas une sciences malgré les rodomontades des uns(économistes main stream) et l'enfumage des autres ( La banque de Suède). Quelle misère !