Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Politique N'est Pas Une Fin En Soi, Elle N'est Que L'outil Nécessaire À L'équilibre Du Monde.

  • : Le blog de cronos
  • Le blog de cronos
  • : Ici le politiquement correct et la langue de bois sont définitivement bannis, la droite et son extrême y sont honnies, la pseudo gôche de la rue de Solférino y est moquée, la vraie gauche y est chez elle, celle des citoyennes et citoyens du monde qui rêvent d'humanisme et de liberté. Nous ne pourrons connaître la paix et le bonheur tant que nous n’aurons pas éradiqué l'oligarchie financière et les prédateurs que sont les banques internationales.
  • Contact

Recherche

Pages

3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 13:40
Un bébé de 3 ans retrouvé sur la plage de Bodurm en Turquie, il s'appelait Aylan Kurdi, il était réfugié Syrien.

Un bébé de 3 ans retrouvé sur la plage de Bodurm en Turquie, il s'appelait Aylan Kurdi, il était réfugié Syrien.

STOP l'horreur doit cesser !…

Les décisionnaires européens sont devenus totalement inhumains, qui va faire bouger tout cela, qui et quand ?…

Oui, honte à toute la presse française, aucun quotidien, je dis bien AUCUN (double clicquez sur le mot), n'a mis cette horreur en une, alors que cette image a fait le tour du monde c'est proprement scandaleux, tant d'indifférence ne présage pas un avenir radieux. Cette presse est vraiment bien malade !…

Partager cet article

Repost 0
Published by cronos
commenter cet article

commentaires

Lantiquon 08/09/2015 17:44

Le vrai problème des réfugiés - Et comment le résoudre
par Ron Paul, le 7 septembre 2015 –
http://www.ronpaulinstitute.org/archives/featured-articles/2015/september/06/the-real-refugee-problem-and-how-to-solve-it/
Ron Paul est médecin et homme politique américain, candidat du parti libertarien aux élections présidentielles.

La semaine dernière, l'Europe a vu une de ses pires crises depuis des décennies . Des dizaines de milliers de migrants sont entrés dans l'Union européenne via la Hongrie , exigeant le passage vers leur destination finale espérée, l'Allemagne .

Alors que les médias se concentrent sur la tragédie humaine de tant de gens déracinés et voyageant dans des circonstances dangereuses , on accorde très peu d'attention aux événements qui les ont amenés à quitter leur pays . Certes, nous nous sentons tous pour les personnes déplacées , en particulier les enfants , mais il ne faut pas oublier que cette crise a une cause humaine et qu’elle est produite par le gouvernement (US).

La raison pour laquelle tant de gens fuient des endroits comme la Syrie, la Libye, l'Afghanistan et l'Irak est que les politiques étrangères interventionnistes, américaine et européenne, ont laissé ces pays déstabilisés, sans espoir de reprise économique. Cette immigration massive en provenance du Moyen-Orient et au-delà est un résultat direct de la politique étrangère néo-conservatrice de changement de régime : l'invasion, en poussant la «démocratie» au canon d'un fusil.

Même quand ils réussissent à changer le régime, comme en Irak, ce qui est laissé est un pays presque inhabitable. Cela me rappelle une réflexion attribuée à une haute autorité américaine dans la guerre du Vietnam, en discutant le bombardement de Ben Tre: «Il est devenu nécessaire de détruire la ville pour la sauver."

Les Européens partagent une bonne partie du blâme. La France et le Royaume-Uni étaient des partisans enthousiastes de l'attaque sur la Libye et ils ont été les premiers bailleurs de fonds de la politique "Assad doit partir". Assad peut ne pas être un bon gars, mais les forces qui ont été déclenchées pour le renverser semblent être bien pires et bien plus dangereuses. Pas étonnant que les gens soient tellement désespérés et quittent la Syrie.

La plupart d'entre nous ont vu la photo déchirante du jeune garçon syrien noyé sur une plage turque. Alors que les interventionnistes exploitent cette tragédie pour appeler à des attaques américaines directes sur le gouvernement syrien, en fait le petit garçon était d'une famille kurde fuyant ISIS dans Kobane. Et comme nous le savons, il n'y avait pas ISIS en Irak ou en Syrie avant l'invasion américaine de l'Irak en 2003.

Comme il arrive souvent quand il y a un effet-retour dans une mauvaise politique étrangère, les mêmes personnes qui ont créé le problème pensent qu'ils ont le droit de nous dire comment résoudre ce problème - sans jamais admettre en premier lieu que c’est de leur faute.

Ainsi, nous voyons, dans les nouvelles de la semaine dernière, que le général David Petraeus, en disgrâce, offre sa solution au problème en Syrie : « faisons une alliance avec al-Qaïda contre ISIS! » ; Petraeus était à la tête de la CIA quand les USA ont lancé sa politique secrète de changement de régime en Syrie, et il était responsable des soudaines tensions qui ont surgi en Irak, et qui ont contribué à la réapparition d'Al-Qaïda et à la création d’ ISIS en Irak et en Syrie. L'idée que les Etats-Unis peuvent sauver leur politique désastreuse en Syrie en faisant une alliance avec al-Qaïda est horrible. Croit-on que le problème des réfugiés en Syrie ne sera pas pire si al-Qaïda ou ISIS s’emparent du pays ?

La vraie solution (pour les USA : note du trad.) au problème des réfugiés est d’arrêter de se mêler des affaires des autres pays. Envisageons une prospérité future issue d’ une politique étrangère pacifique, et non pas la pauvreté, qui va de pair avec l'écroulement d'un empire.
Mettons fin à l'Empire!

puèg-pichot 03/09/2015 16:16

Seul les blogs de gauche reproduisent cette édifiante photo résumant ignominie de cette évolution catastrophique et sans limite. Les anglo-saxons crient au scandale mais la presse française( même La Croix !) est plus préoccupée par la rentrée(?) ou la manif des agriculteurs.
Un semblant d'humanité et de fraternité n'est pas de mise car la responsabilité du gouvernement français est trop visible : il faut alors cacher, éviter car les commentaires évoqueraient inévitablement à la fois le rôle de la France dans l'organisation de cette horreur et son manque de réactivité au sein de l'Europe.
A mon sens, la trouille des politiques au pouvoir en France, face à la peste brune du FN, leur cloue les mains sur la table.
Evoquer cette catastrophe humanitaire ferait du tort à leur gotta politique avec le risque de s'aliéner les gens qui votent FN ! Alors que ce serait l'occasion de faire une pédagogie humanitaire et écraser le message du FN en faisant comprendre aux gens à quel point ce parti est nocif, les journaleux se taisent, obéissant sagement aux injonctions des pourris politiques qui les nourrissent.
C'est un scandale !

Lantiquon 03/09/2015 15:29

La police européenne « Plus effrayante que les terroristes d’ISIS »

Par Finian Cunningham, 31 août 2015.
http://www.informationclearinghouse...

---
Dans ce qui est décrit comme la pire crise de réfugiés en Europe depuis la seconde guerre mondiale, des dizaines de milliers de migrants désespérés sont transportés en continu à travers les frontières de l'UE. Ils ont risqué leur vie pour y arriver, et ensuite être ensuite attaqué par « police des frontières » de l’UE, ou bien ciblés par les foules racistes des rues. Bienvenue en Europe!
Démunis et transportant leurs avoirs dans rien d’autre qu’un havresac, hommes, femmes et enfants en bas âge doivent déjouer des policiers matraqueurs pour tenter de se mettre en sécurité. Ca se passe dans l'Union européenne, dont les traités proclament au reste du monde l'inviolabilité des droits de l'homme et de la dignité humaine. La Grèce, la Roumanie et la Hongrie sont devenus les nouveaux foyers de crise, remplaçant l'Italie autrefois route principale des réfugiés.
La grande majorité des réfugiés vers l'UE proviennent de la Syrie déchirée par la guerre, selon l’ Organisation Internationale des Migration. Douze millions de Syriens, la moitié de la population totale- ont été déplacés pendant plus de quatre ans de conflits dans ce pays. Une guerre qui a été alimentée secrètement par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France qui cherchent un changement de régime, destituant le Président Bashar al Assad. Alimentent également la guerre de Syrie , l’Arabie saoudite, le Qatar, la Jordanie, la Turquie et Israël.
Le mois dernier seul, plus de 100 000 migrants ont traversé les frontières de l’EU. Hommes portant des enfants sur leurs épaules, femmes portant des bébés sur le dos, les réfugiés Syriens doivent se frayer leur chemin à travers des zones de guerre, des réseaux terroristes ISIS, puis marcher pendant des centaines de kilomètres à travers la Turquie – ils sont la proie de trafiquants d'êtres humains sans pitié – et puis s’empilent dans des bateaux pour faire une traversée dangereuse vers le continent européen. Ils le font parce qu'ils sont prêts à tout pour survivre. Beaucoup meurent en chemin , par noyade ou épuisement.
Et, après tout cela, quand ces personnes arrivent enfin aux frontières de l'UE, ils ont à faire face à une armée de « robots-flics ». Ces dernières semaines, on a montré es images choquantes, de tirs de gaz lacrymogènes par la police en Hongrie et en Macédoine (un futur membre de l'UE). D'autres scènes montrent la masse des familles loquteuse d’êtres parqués dans des wagons de train, et aiguillés vers un autre pays européen. Ils disent qu'ils sont privés d'eau potable sans aide médicale,
Les contrôles aux frontières de l'UE sont plus effrayants que des terroristes assoiffés de sang.
Traumatisée et sans abri, les réfugiés syriens se tournent maintenant vers l'Europe pour s'abriter. Et leur naïveté qui espère une aide humanitaire – une obligation fondamentale en droit international – est cruellement déçue.
Membre de l'UE, la Hongrie a même installé des centaines de kilomètres de barbelés le long de sa frontière avec la Serbie. Vingt-cinq ans après le rideau de fer. Ce n'est en Union soviétique prétendument despotique que ça se passe, c'est dans l'Union européenne.
La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré qu'elle avait été choquée le » terrible » découverte en Autriche de 50 migrants retrouvés morts dans un camion abandonné . Elle a dit avec des mots creux que l'UE doit agir en solidarité pour résoudre la crise des réfugiés. Solidarité ? De quoi elle parle ?
La semaine dernière, en Allemagne, des extrémistes d'extrême-droite en colère a attaqué un centre de soins pour les demandeurs d'asile près de Dresde. Les foules ont scandé des slogans racistes, criant aux migrants de retourner dans leurs pays.
Retourner dans leurs pays ? Oui, c'est vrai. Vous connaissez les zones de guerre que les États européens comme la Grande-Bretagne et la France ont enflammées en Libye, Syrie, Irak, Afghanistan et ailleurs en Afrique.

Carol Deby 03/09/2015 15:13

La principale honte de la presse occidentale, et de la presse française en particulier, est non seulement d’avoir tu les causes de l’exode imposé, sous peine de mort, à des dizaines de milliers de Syriens, mais même d’avoir approuvé, soutenu ces causes. Sous le prétexte de mettre fin à des régimes dictatoriaux, les Occidentaux, France en tête (avec BHL pour porte-drapeau) a envahi la Libye mettant non seulement ce pays à feu et à sang, mais aussi les pays voisins, comme le Mali et la république Centre-Afrique. Comme par hasard, la Libye esr un producteur de pétrole comme la Syrie, comme l’Irak.
En Libye, ce fut le retour à la barbarie, aux tueries entre tribus. Une première vague de réfugiés a atteint l’Europe, avec d’inévitables noyades, et d’impitoyables trafiquants de chair humaine surchargeant de petites embarcations. Les noyés n’ont pas ému le monde, à ce moment et les médias officiels n’ont pas réagi. Fort de ce grand succés, la France a envisagé d’attaquer la Syrie, mais la Russie et la Chine ont opposé leur véto, à cette valeureuse épopée, prometteuse de gloire.
Malgré cela, les services secrets occidentaux ont organisé une aide matérielle à la rébellion syrienne ; l’anarchie s ‘est emparée de celle-ci le chaos a éclaté. Il y avait les rebelles « bons » (selon l’Occident) et les « mauvais », ces derniers devenant ISIS (ou Dae’ch). Une telle opération de subversion tournant au drame atroce s’était déjà produite en Afghanistan, où les USA ont formé (au Pakistan) des moines-guerriers ( les talibans) pour combattre un régime allié à l’URSS.
Vous connaissez la suite et la défaite subie par l’OTAN face aux talibans, au cours d’une guerre d’usure qui a duré une décennie. Des atrocités, des famines ont frappé les populations autochtones, des drones ont massacré sans discrimination des centaines de personnes.
Mais la presse officielle se taisait, devant ces infamies.
----
Et brusquement, les Occidentaux s’émeuvent, parce que des dizaines de milliers de Syriens sont forcés de fuir la mort et « submergent » l’Europe.
Lantiquon a publié hier la traduction qu’il a faite d’un article du courageux journaliste d’origine irlandaise, Finian Cunningham. Il a choisi le blog de Corbière parce que, sur ce blog-ci, il n’y avait pas d’endroit où le placer rationnellement.
La question posée aujourd’hui résout le problème.

Denis F 03/09/2015 15:53

Oui mon ami, mon pays me fait honte, cette Europe m'atterre, et mon spleen grandit de jour en jour. La seule bataille que je puisse mener est ici sur ce blog qui me semble bien inadéquat à l'enjeu qui nous occupe. Que font les organisations humanitaires, elles sont plus occupées à sauver les baleines ou autres espèces animales que des populations entières en plein chaos.