Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Politique N'est Pas Une Fin En Soi, Elle N'est Que L'outil Nécessaire À L'équilibre Du Monde.

  • : Le blog de cronos
  • Le blog de cronos
  • : Ici le politiquement correct et la langue de bois sont définitivement bannis, la droite et son extrême y sont honnies, la pseudo gôche de la rue de Solférino y est moquée, la vraie gauche y est chez elle, celle des citoyennes et citoyens du monde qui rêvent d'humanisme et de liberté. Nous ne pourrons connaître la paix et le bonheur tant que nous n’aurons pas éradiqué l'oligarchie financière et les prédateurs que sont les banques internationales.
  • Contact

Recherche

Pages

23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 18:55

Counterproductive” Russia and the Conflict in Syria

CINQUIEME PARTIE
____________________________________________________________________________________

Est-ce que l'ancien ambassadeur américain en Syrie , Robert Ford , n'a pas reconnu que les Etats-Unis savaient que, tout en formant les forces syriennes "modérés" de l'opposition, que ces gens seraient probablement attirés par al-Nusra ?

N’est-il pas clair que la stratégie néo-conservatrice de déployer consciemment des mensonges pour gagner le soutien aux efforts en cours visant un changement de régime au Moyen-Orient a survécu au départ du gouvernement des goûts de Dick Cheney , Paul Wolfowitz , Douglas Feith , John Bolton , Richard Perle, Elliott Abrams , Scooter Libby , et David Frum ? ( Ne cherchez pas plus loin que le bureau de Victoria Nuland pour voir l'ombre persistante de Dick Cheney dans le département d'État.)

En Afghanistan, les États-Unis ont dépensé des milliards pour créer ( sur papier , au moins ) une force de quelque 300.000 soldats et policiers. Tourmentés par un rythme effarant de désertion, le moral bas, et de fréquents incidents ( dans lesquel les troupes afghanes tirent sur leur formateurs US ) , les USA ont été incapable de détruire les talibans , dont la force est estimée de 20 à 30,000 hommes .
Les dirigeants militaires américains ont depuis longtemps conclu que la guerre en Afghanistan ne peut être gagnée sur le champ de bataille , mais qu’il doit y avoir une solution politique.

En d'autres termes , les États-Unis ont été vaincus , comme ils l’ont été au Vietnam , et leur «retrait», laissant quelques 10.000 soldats en place est vraiment une question de sortir furtivement, la queue entre les jambes .
En Irak, les Etats-Unis ont dépensé 25 milliards de $ pour créer une armée avec (sur papier) plus de 271 000 personnes actives de première ligne , avec un demi-million de membres de réserve . Les USA ont réuni, dans ses batailles avec ISIL, une force de dizaines de milliers de personnes qui ont pris facilement Falloujah , Mossoul , Tikrit, entre janvier 2014 et mai 2015. Les forces américaines formées ont déserté en masse . Que c'est embarrassant.

La morale de l'histoire? Le États-Unis ne sont pas bons à créer des armées fantoches . Ils n’arrivent va pas à créer, et ne peut pas créer, une armée de «modérés ».

Donc, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a appelé le secrétaire américain de la Défense Ash Carter vendredi dernier pour discuter des livraisons d'armes russes à la Syrie , et de l'envoi de formateurs militaires russes. Il n’a fait sans aucun doute que répéter l'appel du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov pour une effort conjoint russo-américain afin de lutter contre l’ISIL , et d’exhorter à reconnaître que , au moins dans la zone syrienne des opérations d’ISIL, l'armée syrienne est la force la plus capable de faire cela .

Quels sont les autres forces qui sont là, debout entre Damas et l'abîme ? Les peshmergas kurdes , qui ont réussi à neutraliser l’ ISIL en territoire kurde , mais ne sont pas intéressés par des confrontations ailleurs? L'armée turque , rendre des comptes à un régime qui voit armé Kurdes ( soit en Irak ou la Syrie ou la Turquie ) en tant que plus grand ennemi que ISIL ou al - Nusra ?

Supposons donc que la fourniture par les Russes de matériel militaire à la Syrie (et même des bottes russes sur le terrain , ce qui est au moins envisageable , car le Kremlin a annoncé que la Russie allait "examiner" une demande syrienne de troupes russes au sol) devrait reprendre les gains d’ISIL et d’al-Nusra. Que vont répondre Obama et Kerry à cela? Qu'il est " contre-productif " ? Contreproductif de quoi? Leur propre plan pour éliminer Assad du pouvoir ?

Contre-productif de leur propre plan de monopoliser le droit d'intervenir partout dans le Moyen-Orient , à tout moment , un coup de coude (russe) massif sur le pays, qui se profile effectivement au nord de la région, tandis que les États-Unis se trouve à un océan des continents de distance ? Sur ce fondement logique ou moral, les USA pourraient-ils se tenir debout, devant l'Assemblée générale de l'ONU ou ailleurs ?

Les États-Unis ont envahi totalement deux pays, dans l'histoire récente , sans y être invité , et ont bombardé un autre pour faire tomber un régime, résultant en chaos total . Un aspect de ce chaos est la montée de l’ISIL qui terrorise la Syrie En poussant des centaines de milliers de réfugiés vers l'Europe, aggravant la crise économique de ce continent . Quel argument possible pourrait fournir Washington, responsable de cette énorme gâchis ; présenter son opposition à l’arrivée de soldats russes sur le terrain en Syrie, aux côtés de l'armée d'Assad, apparaissant ( au moins au début ) comme des défenseurs de la civilisation contre la barbarie ?

Gary Leupp est professeur d'histoire à l'Université Tufts (Maryland, USA) , et a obtenu une nomination secondaire au ministère de la Religion.

http://www.counterpunch.org/2015/09/21/counterproductive-russia-and-the-conflict-in-syria/

Partager cet article

Repost 0
Published by Lantiquon
commenter cet article

commentaires

mireille la rouge 30/09/2015 14:04

Vraiment merci pour ce travail énorme et éclairant.