Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Politique N'est Pas Une Fin En Soi, Elle N'est Que L'outil Nécessaire À L'équilibre Du Monde.

  • : Le blog de cronos
  • Le blog de cronos
  • : Ici le politiquement correct et la langue de bois sont définitivement bannis, la droite et son extrême y sont honnies, la pseudo gôche de la rue de Solférino y est moquée, la vraie gauche y est chez elle, celle des citoyennes et citoyens du monde qui rêvent d'humanisme et de liberté. Nous ne pourrons connaître la paix et le bonheur tant que nous n’aurons pas éradiqué l'oligarchie financière et les prédateurs que sont les banques internationales.
  • Contact

Recherche

Pages

22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 16:55

Un de mes amis, biologiste, disait un jour : « Des tas d'espèces ont disparu en 4 Milliards d'années, que l'espèce « Homme » disparaisse, cela me fait ni chaud ni froid, dans la mesure où c'est dans l'ordre des choses, puisque l'Humanité veut se suicider, qu'elle le fasse ».

Position fataliste mais je crois que nous pouvons changer le « fatum » : il n'y a pas de destin, l'Humanité ne veut pas se suicider, elle ne sait pas qu'elle est en train de le faire car elle ne veut pas voir ce qui arrive et qu'elle garde toujours l'espoir que la trajectoire peut changer. Je suis d'accord sur ce point : nous pouvons faire changer la trajectoire et la croissance des néolibéraux peut être remplacée par une croissance respectueuse de l'écosystème terrestre. Seulement il faut TOUT changer.

Il ne suffit pas de changer le mot croissance par « décroissance » , « a-croissance », « non croissance » pour que tout change. D'ailleurs tous ces mots font peur et les pro-système vous dirons toujours : votre « décroissance » c'est le retour à la bougie ! C'est difficile d'entraîner des gens dans une perspective de recul.

Non, la croissance respectueuse n'est pas un recul technologie bien au contraire : les défis technologique ne manquent pas. A commencer par la maîtrise de l'énergie solaire sous toutes ses formes(photovoltaïque, éolien, marémoteur...), le défi sanitaire et enfin il faudra bien l'envisager le contrôle des intelligences artificielles.

Nous connaissons finalement que très peu l'univers, la physique, la chimie, l'astronomie, la médecine, la biologie de manière générale en sont à leurs balbutiements. Il existe un potentiel énorme à développer pour continuer l'évolution qui a commencé avec le Big Bang. J'ai la faiblesse de croire, d'espérer à une évolution positive, à une croissance de l'Humanité, non pas dans la multiplication des individus, non pas dans l'accroissement des richesses, mais bien dans la capacité de l'Humanité à comprendre et s'intégrer à l'Univers.

Et cela l'Humanité en sera capable si elle se donne les moyens de neutraliser la poignée d'arrivistes qui veulent capter égoïstement une toute petite partie de son potentiel. Leur vision est à court terme, il n'ont aucune perspective d'ensemble, il ne connaissent que leur petit égo.

Neutralisons cette poignée de salopards et commençons à construire : il nous faudra des perspectives, de l'enthousiasme et de la technologie maîtrisée dans le sens de l'intérêt général et dans le respect de l'écosystème terrestre. La route n'est pas tracée de façon précise, il faudra l'inventer.

Alors peut-être, seulement, l'Humanité se répandra dans les étoiles, ayant conquis une force et un respect pour sa propre destinée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Puég-pichot - dans philosophie
commenter cet article

commentaires

mireille la rouge 01/10/2015 17:43

Oooouuups! Lapsus calami répété. le récit de Jules Verne est intitulé"L'éternel Adam", bien s^r, et non "le Nouvel Adam", comme je l'ai prétendu indûment.

mireille la rouge 30/09/2015 22:09

Mon cher camarade Puèg,
Tout d'abord merci pour ces réflexions qui m'ont intéressée et que je partage sur bien des points.
Le sujet me préoccupe vraiment, de cette petite station languedocienne où j'ai le bonheur de vivre pas mal isolée et au calme de mes pensées toute la période hors-saison touristique. Lorsque je retrouve la grouillante humanité citadine, l'écart me fait un brin sursauter, et je vis en accéleré une sorte de choc de civilisation. Le reste du temps, la TV, que je ne rejette pas, et le Net, font de moi une quasi ermite qui contemple le monde avec recul.

J'ai lu autrefois un des romans de Jules Verne, intitulé "Le nouvel Adam", le connaistu? J'engage à le lire tous ceux qui ne le connaissent pas.

Il s'agit en en gros de gens comme vous et moi, confrontés un beau jour à une inexorable et inexplicable-le réchauffement climatique n'étant pas d'actualité, quoique l'ère industrielle l'ait largement inauguré.

Ils gagnent des hauteurs, toujours plus haut, et, les derniers trouvent les traces d'une humanité très antérieure, qui avait déjà connu ce tte apocalypse, Apocalypse signifiant justement une nouvelle existence après destruction de la précédente.

Je ne crierai pas au don de prémonition de Jules Verne, mais ses lectures et ses réflexions l'ont certainement mené à l'écriture de ce roman, à lire et méditer, je le répète.


Un de mes beaux-frères, paysan et apiculteur provençal, qui avait peu fréquenté l'école mais réfléchissait beaucoup, me disait, dans les années 90, que le coût des traitements contre le VIH, et l'interdiction des préservatifs par le Pape, le criminel Jean-Paul II, participaient d'une même finalité: dépeupler une Afrique pleine d'orphelins éventuellement contaminés lords d l'accouchement.
Une Afrique affaiblie, à la démographie en forte baisse, mais ayant conservé ses réserves et ses ressources naturelles, et même des espaces vierges pour les gavés de l'Hémisphère Nord qui bientôt en manqueraient, et aussi pour déposer les déchets ultimes ou chers à traiter et recycler.
Sa réflexion était-elle si sotte?

Hémisphère Nord gavé, fertile en chômeurs et en précaires, certes, où les inégalités sont de plus en plus criantes et énormes, mais hémisphère Nord qui n'a jamais été aussi riche, et aussi marqué par le vite-avoir, le prêt-à-consommer, qui induit le prêt à jeter avec les déchets quecela comporte.

On fait toute une histoire des réfugiés syriens: imaginons dans quelques décennies les premiers réfugiés climatiques, car immanquablement il y en aura. Il y aura des réfugiés climatiques pauvres, qui iront grossir la multitude de pauvres dans des villes déjà surpeuplées, l'Asie du Sud-Est est un parfait exemple de cette perspective.
M
Mais il y aura des réfugiés climatiques venus de pays riches, et proches de nous: imagines l'aspect de côtes après que le Gulf Stream, les pôles étant bien réchauffés, aura cessé de jouer son rôle.
Nous ne le verrons pas, c'est sûr, mais nos enfants et nos petit-enfants, il y a des chances que oui.
Il y aura des conflits à cause de l'espace disponible, à cause des ressources disponibles.

Je me demande parfois si, sans effectivement employer certains termes comme décroissance qui fait "âge des cavernes", une bonne pédagogie ne consisterait pas à expliquer, encore et toujours, simplement, régulièrement, ce que je viens d'expliquer. Pas de peur, mais une crainte de ce que l'aveuglement de notre civilisation peut faire, serait salutaire.

Mais voyez comme les réactions sont différentes, aux USA par exemple. Vous avez d'un côté des écologistes conscients et fervents, de l'autre côté des survivaliste tout aussi convaincus que la planète court un danger, mais qui, sans pour autant modifier leur mode de consommation, fabriquent des abris et les remplissent d'armes, dont même leurs enfants apprennent à se servir, pour le réserver en dépit de tout.

C'est là que tu as raison, puèg, le problème est aussi politique qu'économique.

Je porte mes vêtements basiques jusqu à ce qu'ils soient usé, et sans être négligée ni fagotée, je suis assez indifférente à la mode. La pub pour Zalando "Comment? Tu n'as pas de chaussures bleues? Mais tu as BESOIN de chaussures bleues!" fait plus que m'indisposer, elle me bouleverse, en plus je connais les conditions de travail des malheureux qui galopent tout le jour dans les hangars démesurés pour les entreprises d'achat en ligne. Ma belle-soeur revenant des USA me raconte New-York, la ville qui ne dort jamais, où les bonbons occupent tout un immense étage d'un immeuble géant, où l'on mange et boit jour et nuit en marchant dans la rue et en fourrant les emballages plastique, papier, métal confondus, dans les poubelles toujours prêtes, et et je pense à moi qui éteins la lumière et trie de mon mieux les déchets. J'ai l'impression de m'attaquer à vider l' Océan à la petite cuillère, et je crois que seule ma conscience m'oblige à persévérer, parce que la foi dans le geste écologique, hein, elle devient de plus en plus relative.

Ceci dit, la fin du "Nouvel Adam" montre une chose: l'espèce humaine, sauf destruction massive due à une collision avec un astéroïde, par exemple, survivra, et surtout je crois qu'elle s'adaptera. Il y a eu des glaciations, des réchauffements. Comme pour Néandertal, mais pas pour les mêmes raisons, certains humains s'adapteront, d'autres non, d'autres, les plus démunis, n'en auront pas les moyens.

Enfin, si une prise de conscience mondiale fait que le devenir de l'Humanité ne soit pas fonction d'une oligarchie de la technique , de l'argent et de la force armée.