Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Politique N'est Pas Une Fin En Soi, Elle N'est Que L'outil Nécessaire À L'équilibre Du Monde.

  • : Le blog de cronos
  • Le blog de cronos
  • : Ici le politiquement correct et la langue de bois sont définitivement bannis, la droite et son extrême y sont honnies, la pseudo gôche de la rue de Solférino y est moquée, la vraie gauche y est chez elle, celle des citoyennes et citoyens du monde qui rêvent d'humanisme et de liberté. Nous ne pourrons connaître la paix et le bonheur tant que nous n’aurons pas éradiqué l'oligarchie financière et les prédateurs que sont les banques internationales.
  • Contact

Recherche

Pages

28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 09:34

Le 16 mars 2014, pour la première fois depuis le début des mesures, la station du Mauna Loa détectait une concentration supérieure à 400 parties par millions (ppm), soit 0,04 % et 120 ppm de plus qu'à l'ère préindustrielle. Depuis, cette valeur a été dépassée sur l'ensemble de la planète. Les modèles prédisent qu'une telle concentration provoquera une hausse conséquente de la température et que cela aura un impact sur le niveau des mers, les écosystèmes et l'agriculture.

Les modèles informatiques ont tendance à susciter la méfiance, et il est vrai qu'ils ne sont pas encore fiables du fait de notre incompréhension de certains phénomènes physico-chimiques. Mais ils ne sont pas les seuls outils dont nous disposons pour savoir à quoi ressemblera le monde, dans ces conditions. La paléoclimatologie permet de savoir ce qui s'est produit dans le passé, en étudiant par exemple les carottes de glace ou de sédiments, ou des restes de végétaux fossilisés. On peut alors en tirer des enseignements pour le futur.

Cette discipline nous enseigne que, la dernière fois que la planète a connu un tel effet de serre, c'était au Pliocène. Mais avec quelles conséquences? Il y a 3 millions d'années, la planète était plus chaude qu'aujourd'hui de 2 à 3°C. L'océan arctique était libre de glace. Aucun glaciers ne recouvrait l'hémisphère nord, pas même le groenland, si bien que les océans étaient plus haut de 25 mètres qu'aujourd'hui.

Aujourd'hui, on peut encore faire diminuer l'effet de serre. Si nous arrêtons rapidement nos émissions de CO2, une grande partie du carbone en excès sera piégé par les océans et les forêts. Mais si nous ne le faisons pas, ce qui s'est produit par le passé va-t-il se reproduire ? La réponse est oui, parce que la Terre du Pliocène était géologiquement identique à la notre : les chaînes de montagnes actuelles existaient déjà et les deux amériques venaient de fusionner, induisant les courants atmosphériques et les circulations océaniques telles que nous les connaissons. De plus, les paramètres solaires étaient les mêmes.

J'insiste sur ce point : la question n'est pas de savoir si le climat va se réchauffer et le niveau des mers monter de 25 mètres, mais en combien de temps. Ici, la paléoclimatologie peine à fournir une réponse. Il faut se tourner vers les modèles théoriques pour en avoir une idée. Surtout, il faut agir ! Je ne dis pas comment dans cet article, mais des solutions ont déjà été proposées sur notre plate-forme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Maignial - dans Écologie climat
commenter cet article

commentaires

raphaël 31/10/2015 02:23

Salut camarades!
C'est sûr, il n'y a pas grand chose à attendre de la COP21, grande messe verdissante de l'Empire qui se déroulera en grande pompe pendant que secrètement les négociations pour le GMT suivront leur cours. Il est intéressant de noter que de plus en plus, les deux luttes, le climat et le GMT, convergent sur le terrain.
Et cette convergence fait peur au pouvoir:
http://www.bastamag.net/Le-gouvernement-francais-instaure-le-controle-aux-frontieres-pour-sa-conference

raphaël 31/10/2015 23:44

juste un petit point supplémentaire, à propos de la COP21: le texte qui a été préparé à l'ONU mentionne pour la première fois la notion d' "émissions nettes", pour les objectifs que devront se fixer les états. Et cela change tout!
Car avec le "nettes"vient l'introduction discrète de la "géo-ingénierie". Une usine très polluante pourra réduire ses émissions en séquestrant le carbone. Ainsi les objectifs, en "net", seront respectés, le système n'aura pas besoin de se remettre en cause, et vont se mettre en place partout de véritables bombes-carbone à retardement. N'est-ce pas merveilleux?

Maignial 31/10/2015 10:31

Édifiant, cet article!

Je parie (sans être joueur) qu'à l'issue de la COP21, on repoussera le seuil maximal de C02 à ne pas dépasser. Aujourd'hui, il est officiellement à 450 ppm équivalent CO2, avec l'objectif de rester en dessous de 2°C de réchauffement. C'est déjà absurde, car comme le montrent les recherches en paléoclimatologie, l'effet de serre actuel est déjà suffisant pour dépasser ces 2°C, rien qu'en comptant le CO2! Alors avec les autres Gaz...

En plus, 2°C ce n'est pas un bon objectif. Ce chiffre est issu des négociations, mais on sait très bien que ça ne suffit pas. Ainsi, un réchauffement global de 1,5°C, synonyme de +3°C en arctique, sera vraisemblablement suffisant pour faire s'effondrer l'inlandsis groenlandais. Avec une montée de 6 à 7 mètres des océans à la clef. Et avec une première série de rétroactions positives susceptibles d'engager toute la planète dans un cercle vicieux aboutissant à un réchauffement brutal de 5 ou 6°C. Là, ce n'est plus seulement l'Ours blanc ou le Pika qui seront menacés en tant qu'espèce: c'est l'Homme lui même.

Maignial 28/10/2015 11:40

Merci à Denis d'avoir publié mon article!

Petite précision, parce que sinon la fin paraît un peu bizarre: quand je parle de "notre plateforme", je parle de NLP, l'agora du m6r. C'est la que j'ai écrit cet article au départ, il y a quelques semaines. Suivi ensuite d'une autre contribution sur les problèmes de l'agriculture dans un monde en réchauffement, contribution que j'espère partager ici avec vous dans quelques jours.

J'espère que cela vous sera utile et que la lecture n'est pas désagréable. À plus!

Maignial 31/10/2015 10:10

@Puèg-pitchot: oui, la situation est grave. De tout ce que j'ai pu lire jusqu'à présent, sans être un spécialiste, j'ai l'impression qu'on peut encore éviter le pire. Comme je l'ai dit, si on arrête nos émissions maintenant, une grande partie de l'excès atmosphérique en CO2 sera réabsorbé par les océans et les forêts (et les sols, dans une moindre mesure).

Mais les éco-systèmes, en particulier les océans, ont une inertie qui fait que le climat ne va pas se stabiliser tout de suite. Pour commencer, les îles coraliennes vont disparaître. Ça me désole de le dire comme ça, mais plus rien ne peut sauver Tuvalu ou les Maldives, et les Maldives, c'est quand même 250 milles habitants je crois. Ce sont des vies, une culture, un éco-système unique avec des espèces endémiques. Tout ça va être submergé.

Je crains aussi que l'océan arctique ne soit libre de glace en été d'ici une décennie. En tout cas, la réduction du volume et de la superficie de la banquise est allée bien plus vite que prévu par le GIEC, en dépit de la prétendue "pause" du réchauffement. Il semble que la sensibilité de cette région à une élévation des températures, même faible, soit supérieure à ce qu'on avait imaginé. Tout ceci va pourtant dans le sens de la paléoclimatologie. Là encore, on ne peut plus rien y faire, et là encore, ce sont des cultures et des écosystèmes qu'on détruit.

Mais on peut éviter une hausse de 25 mètres du niveau des mers, tout comme on peut éviter un effondrement des rendements agricoles partout sur la planète. Je reviendrai sur ce dernier point prochainement.

puèg-pichot 30/10/2015 19:16

Je savais la situation grave mais pas à ce point-là. La Cob21 ne fera pas grand chose car ce serait déroger à leur principes d'immédiateté et de rentabilité. Je pense que seule une réaction citoyenne pourra peser sur les décisions dans la mesure où effectivement la gauche de combat, portée par cette vague, prendra les décisions qui s'imposent.
Comme tu le signales il est très difficile de savoir exactement comment vont évoluer les équilibres thermodynamiques gouvernant l'ensemble du climat. Actuellement un tas d'équilibres sous-jacents sont en train de se déplacer, mais où ce déplacement s'arrêtera-t-il ? Il ne suffira pas de supprimer les émanations de CO2(entre autres) dans l'atmosphère pour stopper la dynamique qui s'est engagée.
De véritables responsables politiques doivent envisager d'étudier des solutions pour pallier les problèmes qui se poseront suite à la montée des mers et océans, noyant des pans entiers de côtes, même en France où dans d'autre pays industrialisés, noyant de ce fait nous seulement l'espace habitable mais aussi les zones industrielles ou agricoles.
Nantes et Saint Nazaire sous l'océan et la Méditerrannée 20 kilomètres au sud de Nîmes, c'est pour quand ?
Je lisais ce matin l'article http://www.pauljorion.com/blog/2015/10/30/homme-blanc-avoir-rien-compris-par-henri-pradin/#more-79912 et j'y suis particulièrement sensible car originaire des Causses - pas loin de la Cévennes - et il m'est impossible d'admettre qu'on puisse, sous un faux prétexte écologique, dévaster les pentes de la montagne cévenole.
Il faut donc se méfier des "écolotechnocrates" qui cherchent faire du profit en exploitant de fausses bonnes idées comme celle qui est évoquée dans le texte d'une super centrale de chauffage au bois, tellement gigantesque que c'est un gouffre à elle seule. Il est important que les gens leur barre la route !