Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Politique N'est Pas Une Fin En Soi, Elle N'est Que L'outil Nécessaire À L'équilibre Du Monde.

  • : Le blog de cronos
  • Le blog de cronos
  • : Ici le politiquement correct et la langue de bois sont définitivement bannis, la droite et son extrême y sont honnies, la pseudo gôche de la rue de Solférino y est moquée, la vraie gauche y est chez elle, celle des citoyennes et citoyens du monde qui rêvent d'humanisme et de liberté. Nous ne pourrons connaître la paix et le bonheur tant que nous n’aurons pas éradiqué l'oligarchie financière et les prédateurs que sont les banques internationales.
  • Contact

Recherche

Pages

10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 21:47

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...c'est vite dit mais il est vrai que parfois il faut changer de tactique. A propos de tactique parlons un peu de l' Art de la guerre selon Sun Tzu(*)

Ce livre guide aussi le lecteur sur les cinq éléments à prendre en compte dans l'élaboration d'une stratégie :

  1. la cause morale : le « Tao » adresse la moralité et la vertu d'une bataille ;

  2. les conditions climatiques : le paradis est signifié par le « yin » et le « yang » de la pensée taoïste. Ces conditions se manifestent par le chaud et le froid ainsi que l'alternance des quatre saisons ;

  3. les conditions géographiques : la terre comprend le proche et le loin, les terrains ouverts et les passages étroits, les plaines et les montagnes. Il est ici question de topographie et de prise en compte des variations de terrain utilisables selon les types de troupes engagées ;

  4. le dirigeant : le commandant doit être sage, honnête, bienveillant, courageux et strict ;

  5. l'organisation et la discipline : la délégation de l'autorité et les zones de responsabilité au sein d'une organisation doivent être parfaitement comprises. Les châtiments doivent être exemplaires tout comme les récompenses.

Sous l'influence du Taoïsme et du Yi Jing (le Livre des Changements) l'Art de la guerre énonce que l'harmonie entre ces cinq éléments est une condition préalable au succès d'une campagne.

Il montre comment la réflexion peut mener à la victoire, comment l'analyse des faiblesses de l'ennemi peut fonder une tactique, si l'on sait les exploiter, et même les aggraver ; il met l'accent sur la psychologie du combat et sur l'importance de la ruse et de la fuite.

Aussi, essayons de voir en quoi la tactique des forces de la gauche de combat contre le FN n'ont pas fonctionné. Commençons par mettre dans le cadre politique les préceptes/principes de Sun Tzu :

a) La cause morale : ça c'est clair. La moralité et la vertu de la lutte contre le FN sont évidentes : le FN est le dernier larbin du système en place, voulu par les néolibéraux, une fois que les remparts traditionnels, PS, UMP auront craqué et ne rempliront plus leur fonctions. La moralité et la vertu de notre lutte est de contrer la prise en main du pouvoir par le FN.

b) Les conditions climatiques : Qu'est-ce que le climat en politique ? Donnons un exemple, le dernier que nous ayons sous la main. Quel climat politique s'est imposé avec les attentats du 13 Novembre ? Le pire auquel nous puissions nous attendre. - voir convergence entre DAESH et le FN sur ce même blog - . La montée de la nécessité sécuritaire a été amplifiée par le gouvernement dans sa précipitation, de peur de se faire déborder par la droite. Mais le vent soufflait déjà très fort dans ce sens, le gouvernement n'a fait que souffler dans le même sens. Pouvait-il faire autrement ?

En fait non, car son imprévoyance, après les attentats du début de l'année, a conduit à modifier à la marge les dispositions prises antérieurement. Ne pas avoir reconstruit, en remaniant sérieusement tout le dispositif nécessaire : recherche/personnels/présence active a été tout bonnement freinée par le dispositif financier, la course à l'austérité. Les responsables originaux sont à l'UMP – et Sarkhozy peut s'époumoner, il en est le responsable ultime -, mais le gouvernement Hollande n'a pas fait le nécessaire pour autant. Et ne parlons pas de la lamentable attitude merkelo-suiviste du gouvernement relativement au problème des réfugiés.

Que pouvions nous faire ? Ce n'est pas trivial de dire que nous ne sommes pas portés sur le sécuritaire et malgré certaines remarques apportées par certains d'entre nous, il semble bien que nos représentants ont simplement effacé de leurs interventions cet aspect du problème. Un angle était pourtant disponible : augmenter les dépenses pour la sécurité, c'était un argument contre l 'austérité. Cela ne nous aurait peut-être pas donné la victoire mais il eût été plus facile de se positionner nous aussi en disant : « Je vous l'avais bien dit ! ».

c) les conditions géographiques : Qu'est-ce que la géographie en politique ? C'est savoir où on est politiquement. Nous sommes à la gauche de la gauche. Nous représentons une fraction de cette extrême gauche qui se caractérise par un terme qui n'a jamais été défini correctement, celui d'écosocialisme. J'ai déjà écrit ici ou là ma façon d'envisager la définition mais à défaut du terme lui même, disons que notre idée centrale est de donner les moyens à l'écosystème terrestre de supporter les humains en leur donnant ce dont ils ont besoin mais sans entamer sa propre capacité de régénération. Pensez-vous qu'avec une telle définition et les idées que nous pouvons développer autour nous, nous ne soyons pas capables d'entraîner bien des gens ?

Le reste de la carte n'est pas simple mais elle est bien connue : PS/Centre/UMP même combat, bien résumé par Sarkhozy : « Basta avec l'écologie !». Nous ne faisons pas partie de la même vallée. Et les EELV ? A quelques uns près, ils sont dans la même vallée que le PS. Sinon les tripatouillages du gouvernement Ayrault auraient du leur hérisser le poil et leur faire fuir le gouvernement. Mais même un petit strapontin reste un strapontin...et le gros du PCF, idem !

Quant au FN leur vocation écologique est encore à l'état d'un espace vide...sans aucun élément. C'est dire si sommes leur antithèse.

Chacun possède sa vallée, chacune des vallées converge vers une plaine centrale : la prise de contrôle de l'État. Le PS occupe le terrain légalement mais le FN a commencé à s'infiltrer au point de peser sur le comportement public des représentants de l'État Solférinien, d'autant que les zozos de droite qui occupent la même vallée que le PS sont conquis par les arguments du FN.

d) Le dirigeant : Dans notre cas « les » dirigeants. Là, ça se complique. D'un côté c'est plus démocratique d'avoir des dirigeants et non pas une seule tête. Ont-ils été, comme le souhaite Sun Tzu, sages, honnêtes, bienveillants, courageux et stricts ?

Ne faisons pas de commentaires désagréables : chacun d'entre nous a sa petite idée...Nous avons beaucoup parlé de l'honnêteté de certains à défaut d'évoquer leurs autres qualités !

e) L'organisation et la discipline : Et oui, c'est là où ça pêche salement. En effet chacun est capable de partir dans n'importe quelle direction lorsque l'organisation est floue. Pourquoi est-elle floue ? Parce qu'on a pas fait une analyse correcte de la géographie politique. On n'a pas placé les priorités dans le bon ordre, on a continué à penser dans le cadre néolibéral tout en disant qu'on luttait contre le capitalisme.

Mauvaises définitions, raisonnements incomplets, méthodes fatalement défaillantes...Avant d'exiger une discipline à ses troupes encore faut-il se mettre d'accord sur le but de la bataille. ET sur ce qu'il faut combattre. Dire qu'on va combattre le capitalisme sans viser explicitement ses fondements car l'analyse qu'on fait de la situation est tronquée ne peut qu'aboutir à un fiasco.

On me dira : « oui, tu défends une définition du capitalisme qui est tienne, cela ne veut pas dire que tu as raison ». Certes, j'ai sans doute oublié des choses mais partons sur des bases qui soient nettement définies et comprises par tous. Mais c'est précisément dans un cadre de discussion que les bonnes lignes apparaîtront et seront lumineuses pour tous.

Non, je ne crois pas avoir raison sur toute la ligne mais je pense détenir un certain nombre d'éléments qui définissent les contours d'une démarche efficace. Une fois qu'on comprend clairement le cœur du système il faut agir et organiser en fonction de ce qui est utile. Il semble bien que le combat contre le FN n'a pas été pris sous cet angle.

Pourquoi ?

Parce que le FN a mis le doigt sur ce qui fait mal !

Et pour ne pas "faire le jeu" FN on s'est abstenu de tout discours parallèle réagissant sur les mêmes thèmes. Mais pourquoi aurait eu les mêmes réponses que le FN ?

On a préféré tenter de convaincre les gens de la nocivité du FN en répétant inlassablement que le FN était une résurgence des pires années brunes. Pour nombre de gens ce discours n'a pas de sens car l'Histoire ils s'en foutent. Et même si les preuves liées au développement du FN reposent sur des bases historiques elles n'atteignent pas les gens.

Mais avant d'aller plus loin faisons le tour de ce qui ne marche pas :

1ère raison : croire qu'il faut mobiliser les abstentionnistes pour réduire les scores du FN. En fait je ne suis pas convaincu. A part le fait que les abstentionnistes croient que leur vote ne va pas servir à grand chose, ils voteraient comme le reste de la population s'ils avaient à le faire. J'en veux pour preuve un de mes voisins, un brave type s'il en est, mais, bien qu'abstentionniste, approuve le discours du FN.

2ème raison : croire qu'en expliquant la réalité du FN on ferait basculer les votes. En fait le choix des gens est irrationnel. C'est dans les petits bourgs où aucun « étranger », aucun bronzé, aucun chômeur ne traîne son malheur, où l’insécurité est du domaine de la rumeur, que le vote FN est le plus en pointe.

3ème raison : essayer de construire un « cordon sanitaire » autour du FN. Les quasiment 30% d'électeurs qui votent FN sont des citoyens qui ont placé, grosso modo, leur dernier espoir de changement et de protection dans le vote FN. On ne construit pas un « cordon sanitaire » autour de la peur, même quand elle se trompe d’objet.

Combattre le FN s'est s'adresser aux gens sur le terrain de chasse du FN. Donner à la peur et au mal-être leurs vrais visages : le chômage, la réduction du pouvoir d’achat, la baisse des prestations sociales de santé, la disparition totale de l’ascenseur social. Ajoutons les catastrophes climatiques( pluies diluviennes, inondations, ouragans), les menaces sur l'avenir planétaire, le nombre de cancers qui augmente, les maladies dont on n'avait jamais entendu parler...Bref tout ce qui touche l'imaginaire des gens à travers le réel que diffusent les médias.

Combattre le FN c'est donner les réponses que l'on possède sur ce qui fait le collectif sociétal, soigneusement entretenu par les médias qui font souffler le chaud et le froid en brouillant encore plus le message diffusé dans la société. Cela suppose que de notre côté nous soyons au net avec tout ça. Je ne peux que constater que nous ne sommes pas au clair avec les réponses à donner, même si les raisons que nous pouvons évoquer pour expliquer les choses peuvent paraître suffisantes, le « terrain » n'a pas été suffisamment travaillé.

Bien que modelés par le culte sacro saint de l'individu et de la liberté, les gens finissent par avoir peur de cette personnalisation de la liberté poussée à l'extrême dont ils constatent les méfaits soit dans les médias soit de façon directe : c'est la raison pour laquelle ils réclament plus d'Etat, un Etat fort et protecteur.

F. Lordon et P. Sotiris, chacun dans sa partition, ont développé le sens d'un état souverain de gauche au service du peuple dans son ensemble : les gauches qui se prétendent de combat n'ont pas osé aborder cette façon de voir et ont donc laissé au FN toute liberté d'agir. Cette volonté de ne pas emprunter les mêmes couloirs que le FN est sans doute lié à une mauvaise lecture de l'internationalisme. Les messages politiques laissés par la Commune n'ont pas été entendus et compris.

On préfère se référer à la Révolution de 89 dont la lecture et l'analyse est plus que complexe, où on a assisté à la reprise en main par la réaction des espérances du peuple, comme dans les « printemps arabes », Révolution de 89 qui noie le message du peuple. La Commune, même si elle s'est terminée dans un bain de sang, a montré à la fois l'implication populaire à une vie meilleure et un rayonnement international sans précédent. Même la « révolution » du CNR n'a pas eu le rayonnement de la Commune en dehors de nos frontières.

C'est « Le temps des cerises » qui devrait être notre hymne national, pas la Marseillaise...ce qui fait encore une très grosse différence par rapport au FN, vous ne croyez pas ?

-

(*) Les historiens feront la remarque que le « bouquin » date d'un bon siècle avant SunTzu, mais la tradition a rapporté cette idée qu'il en était l'auteur. On peut penser qu'il s'est contenté de le remettre à jour, ce qui n'est pas une si mauvaise chose.

 
Ce billet est sous la seule responsabilité de son auteur, bien que nous en approuvions le sens et le fond. Cronos titulaire de la licence de ce blog.

Partager cet article

Repost 0
Published by puèg-pichot - dans politique
commenter cet article

commentaires

mireille la rouge 19/12/2015 12:51

Demain on vote en Espagne.

Personne n'a donc remarqué que depuis le mois de juin, Iglésiasa évité systématiquement de se retrouver près de Mélenchon, déclinant même son invitation à participer à la réunion des antilibéraux organisée par le PG à la Fête de l'Huma (!) après avoir fait traîner la réponse pendant des semaines?
Ce qui doit l'inspirer, c'est l'accolade énamourée donnée à Tsipras, pour lequel Mélenchon, qui a voté pour Bartolone, mais bon, pour lequel Mélenchon n'a pas eu assez de mots durs.

Iglesias ne veut pas que Podemos devienne un FdG à l'espagnole, et les choses sont claires: les communistes convaincus du bien-fondé de cette coalition, qui a dû devenir un parti pour pouvoir se présenter à des élections, ont adhéré à Podemos.

Mais le PC espagnol n'a pas été contraint de s'y fondre, il a gardé son identité, et aide Iglesias quand le besoin s'en fait sentir et quand Podemos le demande, comme cela personne n'est l'otage de personne. Un modèle à suivre, et dont on ferait bien de s'inspirer.

Quant à l'ego d'Iglesias, il est inexistant, ce qui est bien aussi.

constat69 21/12/2015 09:20

Podémos reste la charnière du système que le FDG n'a pas réussi à créer en France. Honnêtement et pour pas toujours tirer sur le PCF , je crois que nos leaders ont pas perçu les dommages collatéraux des tensions de l'affaire des Municipales où le rapport avec le PS à été négliger , poussé sous le tapis lors de l'évenement de ian Brossat sur Paris. Me concernant la rupture intervenait à ce moment là quand j'ai constater que le logo du FDG servait à toutes les sauces jusqu'à figurer sur les affiches du PS de Paris ! J'ai aimer la période MG Buffet où la confiance était construite sur des présentations communes du PG et du PCF. Mais le PS tient beaucoup plus les choses que je l'ai pensé au départ. Quand Mélenchon utilise le terme d'avoir "l'impression d'être revenu au point de départ" , je le comprends totalement. Mais peut être que Chassaigne et Laurent aussi sont revenus au point de départ d'une soumission au PS ! Je veux pas trop entré dans le découpage des cellules , sections, congrès du PCF car déjà suite aux régionales je retiens l'image de deux listes ayant le logo du FDG au premier tour ! çà signifie pour moi que le FDG est totalement mort et qu'il vaut mieux l'oublier définitivement. Alors maintenant à partir de çà, je pense qu'il faut aborder le combat de la gauche sur des petits dénominateurs plus déterminé et mieux construit. L'axe déterminant pour les futurs projets du PG est de trancher cette histoire de Logo car je n'admettrai plus jamais une double grille de lecture sur ce logo. J'ai averti Corbière, que tout maintien de ce logo détruirai de fait le PG, car il le ridiculise plus qu'il ne le construit et là on perçoit que les leaders ne lisent plus le peuple qui écrient sur leurs blogs. la lecture du Blog de Corbière et Mélenchon est pour cela très instructive. Le décalage augmente et le sentiment d'avoir été trahi pour des questions d'égo, de signatures, de places ,etc à conduit au 1er tour des Régionales où le PCF franchement à réaliser des scores minables, mais ou les listes EELV / PG n'ont fait gère mieux. Si çà c'est notre podémos alors c'est à rire !
Pire le peuple Français de gauche virent dangereusement au libéralisme capitaliste ! en effet les scores du PS m'ont plus que surpris et le peuple visiblement veux continuer à être mené par des brèles du PS car sur Auvergne Rhone Alpes, les 23% au PS sont la preuve que les Français sont des moutons bêlants derrière des leaders socialistes plus proche de LR et du FN avec Valls.
Il faut que le PG donne le sentiment très clair d'être un Podémos en activant avant janvier les relais auprès de LO et du NPA en disant simplement que le vote sera contestataire de gauche ! Contester une politique c'est déjà en faire ! le premier tour des présidentielles doit comporter une liste contestaire réunissant LO / NPA / PG ! çà répond clairement aux résultats des élections où l'impact d'une telle réunion portera un symbole beaucoup plus proche de l'esprit Podémos que l'assemblage pourri entre PG et PCF ! Cela sous entend que Mélenchon peut oublier dès maintenant sa présence à cette élection car il faudra que cela soit un leader politique moins symbolique du milieu politique classique et plus dans l'action. deuxième soucis à régler dès Janvier ! le positionnement vis à vis de l'euro et de l'euro et là les choses doivent être défini très clairement avec les forces anticapitalistes de gauche que sont NPA et LO.
Pour finir , l'avenir du PCF me semble avoir comme symblole le pauvre Robert Hue complètement installé sur une beau fauteuil de dorure solférinien et ce genre de type donne finalement au PCF son image actuelle ! un parti de gros nuls qui n'ont pas hésités à tuer le FDG pour quelques strapontins (en baisse rapide) auprès de leur patron Cambadélis. Le phénomène est connu. Robert Hue , dernièrement Jean Vincent Placé ..bientôt Pierre Laurent. J'éprouve pour ses gens un profond dégoût. Si les conditions d'un rapprochement pour une candidature de gauche anticapitaliste n'est pas entendu par Corbière et Mélenchon ! je leur prédis le pire pour 2017. Et surtout je rejoindrais la cohorte des gens déçus qui partent s'abstenir.
Penser que Mélenchon est voté pour Bartelonne me dégoute et il se rend pas compte de l'impact que cela aura sur lui dans les échéances du PG. La gauche est vers NPA et LO actuellement et s'éloigne du PG à la vitesse de la lumière.
En attendant le PS + PCF ont perdu l'Ile de France ! preuvent que même ensemble ils partagent le dégoût des Français à leur égard.
Si PG ne réalise pas son virage à gauche ! il sera mort tout simplement comme l'ai aujourd'hui le logo du FDG.
Cordialement

mireille la rouge 19/12/2015 10:58

constat

Voici donc en somme pourquoi je ne suis pas surprise par l'interview de Mélenchon chez Bourdin, et encore plus, pourquoi Corbière affirmant qu'il ne faut pas s'inscrire dans une position d'affrontement avec Hollande me surprend encore moins.
Voilà pourquoi iles est urgent "qu'ils s'en aillent tous", et que nous commencions à penser à ce peuvent être les bases saines de la vraie gauche antilibérale.

Pardonnez mes fautes de frappe, j'en fais plein, et pui j'ai écrit "aéropage" quelque part, au lieu d'"aréopage", bref.

mireille la rouge 19/12/2015 01:02

constat et les camarades,

Je ne sais pas si je suis encore surprise de l'interview de Mélenchon chez Bourdin ce matin.

Je ne sais pas ce que je dois penser du personnage. Encore que de la personne, ou plutôt des personnes, je m'en moque bien, ce qui m'importe c'est les idées, et la manière dont ces personnes les portent, et on peut dire les incarnent, voir l'importance médiatique.

Mélenchon, donc.
Mais il est la résultante d'un cheminement tel que le FdG ne pouvait, au final, qu'être ce qu'il est aujourd'hui. Faisons ensemble un brin de chemin, voulez-vous, et remontons le temps.

J'ai raconté en détail et souvent comment et dans quelles conditions Mélenchon l a surgi dans la vie du PCF.
Avec Hue, nous avons eu droit à la mutation, qui a vu pas mal de camarades claquer la porte. Des vieux de la vieille, les travailleurs, bref, ils ont vu arriver le truc. La transformation vue par Hue, ça a été l'inféodation totale au PS
Parce que du temps de Marchais OK, Mittérand avait commencé à digérer le Parti façon boa, mais les ministres communistes avaient du coeur à l'ouvrage, tiens, je rappelle pour mémoire les loix Auroux, ou la lutte contre le dopage de MG Buffet.
Mais après Marchais, Hue, déjà préparant une place douillette dans le giron du PS. Un technocrate, pas un travailleur. Un technocrate, et le premier d'une longue série.
Se faire bananer par le PS, c'est normal, mais par un communiste, c'était inédit.
Sous couvert de dépoussiérage, il a supprimé ce qui faisait la chair et la vie du Parti: les cellules. Cellules de quartier, d'entreprise, de village...Une vraie relation politique de proximité. Discussions, réunions fréquentes, le bon temps de la politique, quoi.
Au-dessus des cellules, la section: par exemple regroupant les cellules de quartier et d'entreprises d'une même ville. Et puis un conseil départemental regroupant fédéralement les délégués de toutes les sections du département, conseil toutes les semaines, conférence départementale tous les trois ans avec renouvellement du conseil, juste avant le Congrès, ça tournait rond, il y avait du monde.
Plus de cellules.Fini la politique de proximité. Fini les écoles du Parti, cours populaires où on pouvait s'initier à la compréhension de l'économie et de l'analyse marxiste. Rien que des réunions de section où un secrétaire de section lançait un débat, ça dépendait de l'actu, on décidait des tracts, on allait faire du porte à porte, vendre l'Huma, mais quand même de moins en moins, car la "mutation" décidée par Hue, on voyait qu'elle était destinée à vider le Parti de ses forces vives.
Après on a eu Buffet-Hue, direction bicéphale, ça tirait, pardonnez-moi le jeu de mots, à Hue et à dia. Dégringolade lors des élections. Après on a eu MG Buffet toute seule, elle avait bien changé la pauvrette; le clone de Hue en femme.Après on a abandonné la lutte des classes, dépassée parait-il parce qu'il y avait moins d'ouvriers, que le monde avait changé avec l'accès à la consommation et que la notion de prolétaire ça devenait obsolète, patati, patata. Et pan, Buffet qui n'a jamais travaillé elle non plus, nous a porté sur les fonts baptismaux un petit Pierre Laurent, incolore, inodore et sans saveur, mais qui ferait bien du dégât.
Déjà, il carotte un Congrès, LE CONGRES étant ce qui remet en question les statuts du Parti pour les moderniser, c'est important, eh bien il en supprime un, baptise "congrès d'étape" une vague réunion de temps à autre où nous sommes censés réfléchir, il a de l'humour le petit, non plus à la mutation, mais à la "transformation". D'ailleurs une autre étape était nommée la "métamorphose", mais là, devant cette guignolade, d'autres camarades avaient quitté la place.
Ne restaient que les fidèles à la discipline de parti, les communistes de la Résistance, les nostalgiques, les convaincus que cette ânerie s'achèverait avec le départ de Laurent.
Mais non: pas de congrès, = pas de renouvellement du bureau, on en a pris comme ça pour 6 ans, pas loin. Scores électoraux catastrophiques, tu parles, avec un fonctionnement pareil.
Et là, on nous sort que nous sommes à moitié morts, et que pour que le communisme survive, il n'y a qu'une voie: l'exemple de Die Linke.
On mange Die Linke. On boit Die Linke. On dort Die Linke. Qui n'a pas connu le bourrage de mou fait par un secrétaire de section qui lit pendant 40 minutes l'Humanité, commente un article, et lance le débat sur..Die Linke, n'a rien vu.Et nous, bons cons, on laisse faire d'abord, car la discipline entre camarades c'est sacré, puis vient le temps des engueulades parce que certains s'aperçoivent qu'on les mène en bateau, et ils s'en vont. Ils s'en vont pas remplacés, ou remplacés par de freluquets petits technocrates ou des ambitieux présentant bien, genre MP Vieu, tu vois. En même temps, ceux qui restaient, c'étaient les vétérans, alors on nous disait"c'est bien, il faut des jeunes, il faut que le Parti se renouvelle".
Dans ma section, je vous assure, on en a eu deux comme ça, cons comme des balais sans manche, ils se faisaient jeter de partout, incapables de tenir un emploi : hop, nourris au Die Linke, bombardés en position éligible sur les listes d'union avec le PS aux municipales, puis une petite place douillette au Conseil Général, tenu par un PS Hégémoniaque.


Le décor est planté, il ne manque que l'acteur principal. Après nous avoir bien convaincus que le PCF était moribond, et en effet il l'était devenu, on nous a dit qu'il fallait une grande gueule, un tribun, quoi, quelqu'un qui porte nos idées avec un peu plus de tonus que ce pauvre Laurent (qui joua à merveille le rôle de Simplet l'innocent du village, croyez-moi, il a eu même Mélenchon, c'est dire). Et cet homme-là, cette providence, c'était Mélenchon.juste en rupture de PS: nous étions en 20O9.

En même temps, nous estimant suffisamment chauffés par l'exemple Die Linke, on nous vend, littéralement, le Front de Gauche comme le seul remède aux maux du PCF. Un peu comme si un pharmacien vous donnait une purge violente qui vous affaiblit considérablement pour mieux vous fourguer des vitamines.
Il y en a bien qui ont un brin renaudé: ils se sont fait traiter plus ou moins de vieux débris, ou de vieux tout court sans égard pour 50 ans de luttes et de militantisme, c'est le cas pour mon mari et ses copains. Alors il y en a encore d'autres qui sont partis, et puis il y en a comme nous qui sommes restés, un peu comme les gardiens du Temple, quoi, et on a essayé de se dire: après tout, essayons, c'est vrai qu'un peu de jeunesse...

La suite demain, il se fait tard. Si je vous ennuie, dites-le. C'est juste pour que vous comprenniez comment on en est là, et pourquoi je ne crois plus qu'à la lutte des classes, l'autre solution c'est le gavage jusqu'au jour où ça pètera mais dans n'importe quel sens. C'est aussi pour qu'on arrête, à chaque fois qu'il y a une ânerie comme les listes des Régionales, de faire porter le sombrero au seul PCF. Parce qu'il y en a certains qui sont pas mal non plus dans le genre, et pas que les amateurs de placards à balais.

mireille la rouge 18/12/2015 09:48

constat 69


Bonjour

Je viens d'écouter JL Mélenchon chez Bourdin et je suis restée stupéfaite, puis j'ai lu ton message de tout à l'heure et il me faut un sas de décompression pour bien réfléchir à ce que je vais écrire, car ça ne plaira pas forcément. A +, amicalement.

constat69 18/12/2015 10:31

Bonjour Mireille,
Tu ne t'inquièteras pas si je ne réponds pas tout de suite car je pars pour un déplacement. Je lirai dès que possible ton analyse.
bon Week end
à bientôt

mireille la rouge 17/12/2015 18:33

constat 69

D'accord à ceci près que le NPA et le PCF, ce n'est pas tout à fait Hollande qui les a réduits à quia.

Pour le PCF, c'est le boa Mittérand qui a commencé la digestion, et tu me permettras la remarque iconoclaste: le FdG tel qu'il a été (mal)ficelé, alors que c'était une idée formidable, a été un marché de dupes et au service de deux égos. J'étais aux premières loges pour, dès 2009, voir les dégâts dans ma cellule, ma section, mon conseil départemental, pour voir la moitié des camarades claquer la porte, et pour assister à la pantalonnade de Montreuil en juin 2011.
Quant au NPA, j'estime qu'il a en quelque sorte été victime de cette conception fautive du FdG, savoir que pour le coup c'est en flattant l'ego de ce gros dindon de Picquet qu'on a coupé le NPA en deux. Aujourd'hui Picquet a rejoint Laurent, c'est dire, et a laissé le NPA à peu près inaudible.

Bon, nous ne sommes pas là, pas sur ce blog, pour se renvoyer des aigreurs à la figure, mais bien au contraire pour en tirer les leçons: ne jamais laisser une idée généreuse entre quelques mains intéressées.Faire du passé table rase, garder les idées innovantes mais avec des gens neufs, marre des vieux routiers de la politique.
La politique est noble. Pas les politicards. Qu'en penses-tu?
Je compte développer.

constat69 18/12/2015 09:32

Mireille
Ce que du décrit permet d'imaginer pourquoi nous en sommes arrivé là. Devant de tels dégâts (bien triste au regard du contenu de l'humain d'abord qui reste le programme de référence).
Pour l'instant les élites du PG ce regarde de biais pour savoir comment reformuler les choses pris dans leurs contradictions depuis les Municipales.
Personnellement si c'est pour allez vers les soces comme le font les EELV et le PCF. Je préfère arrêter de suite. L'avenir, même difficile est de tenir la ligne. Cette ligne a apporté la faillite au PS et au système Valls construit pour que le PS disparaisse à terme sans le dire aux militants directement.
Pour le PG , le petit PG qui flotte comme un bouchon libre, mais qui a sa propre identité. Je pense que l'important est de ne pas se couper des forces de gauche , sans pour autant entrer dans une coalition. La première chose à faire est de quitter le FDG qui est mort né d'avoir été balloté du PCF au PS par ian Brossat interposé. S'identifier au FDG est la meilleur manière de couler à mon sens.
Je suis pour une ouverture immédiate de dialogue avec LO et NPA. Je préfère un bon débat de fond avec LO et NPA qu'un faut semblant avec Pierre Laurent. Le Problème de JLM est double, je l'ai dit chez Corbière avant de quitter le nids des trolls. Melenchon est obliger de rester avec Laurent car il a besoin des 500 signatures ! deuxièmement il veut garder accès à leurs militants et sympathisants. Je préfère un JL Mélenchon n'ont présent au 1er tour , mais plus combatif sur les idées. J'envisage de défendre une ligne de soutient à un representant du peuple comme NPA ou LO et pas forcement créer une autre candidature à gauche de la gauche.Si lors des régionales nous avions soutenus des candidats de gauche ( les vrais ) nous aurions une meilleur lisibilité populaire. Après c'est au EELV de savoir si il a le coeur à gauche ou au PS ! On voit que les verts seuls ont morflés car parfaitement identifiés comme ayant trahis avec le PS de Ayrault. Une ligne politique avant des arrangements de pacotille. Un programme plus qu'un gabarit poilitique autour d'une seul personne même si Mélenchon à du charisme.
Tu sais Mireille, je pense que le PCF sera toujours du coté du PC qui lui offre plus de place que ne le permet sa plateforme politique seul. les sièges et les jeux d'alliances avant les programmes et la lutte populaire. Si çà continue , je vois même avec un peu de provocation la fête de l'huma financer par le grand capital.
Le PS est encore trop haut car les gens sont dans l'habitude de vote. Ils écoutent les médias qui classe les partis de gauche comme des partis extremistes. c'est pas un hasard si le petit dictateur Valls n'a pas pris le Bulletin de vote du FDG lors de son passage avant l'isoloir de 1er tour !
pour sortir de cette marginalisation créer réellement "Télé de gauche" ce sera mieux que de continuer à faire mumuse comme Corbiere à BFMTV !
Nous en sommes arrivé à un point où il faut choisir ! soit le débat d'idées, soit le débat de personnes. Moi , les JL Mélenchon, Manuelle Cosse, Pierre Laurent j'en ai soupé ! Qu'ils partent ! ou travaillent à la réflexion.
Onfray que l'on aime ou pas ! un homme de gauche qui a compris que la gauche serait mal défendu par des Hommes repliés sur leur personne , plutôt que sur les programme.
Il est curieux de lire les titres de billet de Mélenchon comme de Corbière...c'est presque des appels au secours.

constat69 17/12/2015 10:07

http://www.europe1.fr/politique/apres-les-regionales-hollande-renonce-definitivement-a-la-proportionnelle-2637517

Globalement, Hollande compte utiliser le prétexte du FN (qu’il a lui-même fait prospéré) pour faire sauter le système de proportionnelles. Ceci est une atteinte grave à la démocratie car les petits partis comme LO, NPA, PG , Ensemble, EELV se trouve exclus alors que leurs analyses du vote FN montre qu’il s’agit d’un montage venant de LR et du PS que l’on peut appeler du nom que tout le monde susurre ‘L’herpès ».
Les petits partis isolés du débat car ignorés du système politique global , risque de perdre encore plus leurs électeurs partant du principe que voter loyalement ne sert plus à rien dans un système mafieux construit au tour du PS et de LR. Le fn jouant le jeux de l’épouvantail ! sauf que les deux clans politique majeur que sont l’abstention et le FN pourrait un jour faire craquer ce pays comme un château de carte ! le responsable du fiasco est Hollande qui veut utiliser le FN comme un levier pour aller à 2017.
En réalité la suppression d’une part de proportionnelle ne vise que les petits partis que hollande veut essayer de laminer ! Au mieux, ils les envoie à l’abstention et l’abstention sera la tombe du PS. Les 5 dernières élections ne lui ouvrent toujours pas les yeux à cette bille de Président.
Cambadélis qui avait jouer son référendum souvenez vous à senti la chaleur du boulet sur sa nuque et sa demande d’inflexion politique n’est que du bidon. En tout cas hollande cambadélis et leur nouvel ami Pierre Laurent devrait regarder la dernière élection d’Ile de France ou le cumule PCF / PS /EELV n’a pas atteint le podium ! Bartolone n’a pas eu toute les voix de gauche et des forces populaires. Ils ont perdu comme Hollande perdra.

constat69 16/12/2015 14:10

avec le lien c'est mieux !

http://www.eric-coquerel.fr/node/404

constat69 16/12/2015 14:10

A tous
A son tour Eric Coquerel précise le résultat des Régionales et reste sévère sur notre part du bilan. Bien entendu, lui comme Corbière , comme JL Mélenchon laisse penser qu'il y aura un printemps derrière cet hiver politique glacial depuis les Municipales. Lui comme les autres ne donne pas de piste pour l'instant , car la musette à idée est vide ! En attendant EELV qui vire rapidement pour accoster en terre socialiste au vue de ces comptes bancaires et de la catastrophe de ses listes. hollande aura réussi le tour de force de liquider les forces populaires à contenu pour vendre sa soupe libérale modèle Macron. Macron et Valls sont toujours là ! pendant que les réprésentants de EELV partent avec les cartons sous le bras pour essayer de s'inscrire à pôle emploi.
Alors que le PCF et EELV s'apprête à rejoindre les libéraux comme l'avaient fait Jean Vincent Placé,Il me semble vital que le PG garde son identité dans l'indépendance de ses idées. Mais parallèlement, je pense qu'il est essentiel de changer de leader car Melenchon ne peut pas et ne doit pas diriger une liste de premier tour à la présidentielle. Il faut une femme de préférence pour mener la conduite d'une liste basé sur l'humain d'abord , la 6R et que JLM poursuive les travaux du plan B européen. Ce candidat devra s'adresser aux jeunes, à ceux qui ne veulent plus voter car trop trompé, à ceux qui vivent de la misère que les socialistes ont parsemée de partout.
le premier acte du PG doit être : sortir définitivement du FdG. créer une dynamique propre de rapprochement avec le NPA et LO, Enfin de continuer à refuser toutes discussions avec le PS car c'est de ce rapprochement au PS qu'est né la défiance des électeurs. Le NPA , pour le citer en exemple à son propre site, ses propres analyses, et ces videos. Egocentrer le PG sur JL Mélenchon est une erreur à terme. On fini par découvrir que finalement le PG n'existe que par son ancien leader et moins par le travail de ses équipes politiques. Ce ne doit pas être Mélenchon qui monte les programme , et définisse les alliances ! ce doit être le bureau politique du PG et lui seul.
En personnalisant le débat politique d'un parti ! on efface sa structure interne de militants qui sont bien plus importants que les leader. Le Cas EELV en est un exemple quand les militants ont découvert que des JV Placé, des Duflot, des Cosse menaient une barque sans d'ailleurs payer leurs cotisations, alors que les militants souhaitaient discuter les projets , des programmes. Autant pour avoir voter pour le PG , çà m'autorise à ouvrir mon bec, autant je ne veux plus que Mélenchon parle en mon nom. Si il ne soutenait pas la ligne PG d'association des listes au EELV par exemple , pourquoi l'écrit il que maintenant ! Moi j'ai soutenu les listes Coquerel et j'assume mon erreur ! Je crois que le PG doit reprendre la main. Sinon çà sera dur pour lui à l'avenir ! pas sur le programme ! mais sur la crédibilité.

mireille la rouge 16/12/2015 14:09

oui constat 69. En même temps délaisser '(sauf énormités à signaler) le blog se Corbière pour réfléchir ici tranquillement, me semble une bonne idée. Nous pouvons y lire les posts de Lantiquon et nous bidonner à propos d'âneries néfastes dûment signalées, mais il me semble que pour la réflexion, c'est ici que ça se passe.

constat69 17/12/2015 08:22

Oui Mireille.
Tu résumes bien mon état d'esprit du moment. Prendre du recul sur un blog de Gauche ouvert aux débats et qui m'éloigne de la "maison de fou" que devient le Blog de Corbière complétement bouffé par les trolls. Il m'arrive d'aller sur le blog de JL Mélenchon pour y prendre la température des intervenants et pour voir si ce que je ressens du PG, correspond à l'avis du plus grand nombre.
Ce qui parait bien ici c'est que c'est serein. Et ça me convient bien. Cordialement

constat69 16/12/2015 10:09

A tous
Dans le prolongement de l'analyse, il me semble que nous pouvons repartir du bilan de JL Mélenchon que je viens de lire sur son blog. Ce document me semble important pour comprendre l'évolution des vrais gauche.

http://melenchon.fr/2015/12/11/lhumiliante-punition-du-refus-de-faire-une-campagne-nationale-2/

constat69 16/12/2015 08:35

Mireille

Tu as raison ce problème d'utilisation de Logo date de l'affaire des municipales de Paris ou la liste Socialiste ce retrouvait avec le logo FDG sur ces affiche de campagne par l'association de Ian Brossat à la liste de second tour. Et ce que je voulais soulever, c'est que cet aspect n'a jamais été réglé laissant perdurer une utilisation à géométrie variable du loo du FDG. Mais il y a d'autres exemples des mauvaises relations inter groupe PG-PCF-Ensemble....Tout ces petit évenement cumuler m'amène à constater que les grands leaders n'arrivent pas à s'entendre ! donc l'assemblage me semble mort né. Cela dans la perspective d'un triptyque qui lui fonctionne à mon avis (humain d'abord, 6 République , et plan B)
Il me semble que sur cette base , il était possible de monter un solide programme, sur des batailles d'égo, plus rien n'est possible même si le fond est bon !
Le PS est plusieurs agents infiltrés ont réalisé ces opérations de sape. Ian Brossat , Emmanuelle Cosse, Jean Vincent Placé, Pierre Laurent,et maintenant Mme Duflot ont participé autant à tuer le FdG qu'a le soutenir.
Mme Duflot sous entend que JL Melenchon ne doit plus être un obstacle à une alliance avec Hollande , alors qu'il y a trois mois on l'entendait parler de l'obstacle Hollande.
Jusqu'au 6 décembre j'ai soutenu le PG, maintenant çà me semble plus réalisable en l'état. J'ai quitté de fait le blog de Corbière pour garder un regard de gauche , mais un regard de gauche indépendant pour garder un regard juste sur les événements. Je le dis ici sans détours, JL Melenchon doit tirer les enseignement du premier tour des Régionales ! personnellement et à ma façon je l'ai fait car le site de Corbière ne donne plus la perspective d'une analyse juste et ce blog devient un repère de trolls que le débat n'intéresse plus au delà de pouvoir critiquer les autres intervenants.

mireille la rouge 15/12/2015 22:39

constat 69

Je suis surprise de ta surprise: la même histoire avec le logo s'étant produite lors des municipales.

Je l'ai déjà écrit à de multiples reprises et je le répète: assez de ces vieilles lunes, on va trimballer les histoires de logo et d'alliances mal ficelées (vois ainsi Duflot tourner autour de Hollande, c'est pitoyable). Ces alliances, on sait ce qu'elles valent, à chaque fois ce sont les rabatteurs pour le PS qui sont à l'oeuvre.
Nous avons un chantier énorme devant nous, il faut y aller sans casseroles ,boulets et gamelles.
Oeuvrer pour le peuple, c'est à mon sens la vraie façon de combattre le FN.
Le FN prend toujours la place de quelque chose, s'installe où résident les manques, les doutes, l'angoisse et le désespoir/. A nous de conquérir l'audience, pas par des paroles creuses, mais par un projet concret, immédiatement applicable et dont on voie les bénéfices rapidement. Si possible avec des femmes et des hommes de terrain, en lesquels chacun pourra se reconnaître. Ils existent, dans le milieu associatif, dans le milieu militant, ils ne paient pas forcément de mine et n'ont pas fait l'ENA, mais ce ne sont pas des imbéciles pour autant, j'en connais plein autour de moi, qui ne demandent qu'à être écoutés.
Un chantier, ça fait du bruit et ça salit, il faut même parfois démolir pour mieux bâtir. Et le matériau, si possible, doit être en bon état, avec des ouvriers pas trop lassés par des mois de boulot inutile qui consiste à creuser un trou pour en boucher un autre..

constat69 15/12/2015 14:41

Bonjour à tous,
Cher Camarades.
Le billet pose la bonne question et aborde en parallèle une chose soulevé plusieurs fois par de nombreux sympathisants de gauche. L'égocentrisme d'un dirigeant politique sur la gamme de sont propre parti. Le PG ne doit pas être critiquer car l'idée de base est la bonne, le programme en tryptique était le bon, les orientations politiques générales étaient les bonnes . Mais le management et l'organigramme décisionnel ne tenait plus compte de l'avis des militants.
Plusieurs problème de gestion sont à l'origine de ce divorce et cette soudaine méfiance des hommes et femmes de gauche à un parti ayant eu 11% à la dernière présidentielle. Soit on continue à aborder cette rupture en la voyant du FN , soit on accepte de la voir du point de vue du PG. Personnellement j'ai commis deux erreurs ! la première de voter pour hollande dont honnêtement on voit le triste résultat (5 élections après les présidentielles de 2012 et 5 échecs !)
ma deuxième erreur est plus récente car j'ai cru en Coquerel dans l'assemblage des listes régionales ! je vois de partout les colistiés se tourner vers hollande car ils s'agit pour eux de sauver leur partis en perdition ! que ce soit Emmanuelle Cosse , Pierre Laurent ! bizarrement on constate qu'ils ne veulent plus rien de communs avec le PG et JL Melenchon. Voir mme Duflot jouer la retape à l'Elysée est une grande surprise pour moi ! A t'elle la culotte propre ?
Je profite du billet pour faire une remarque ! les militants du PG ont un bel outil entre les mains si par bonheur ils prennent le pouvoir de ce parti et évite de le laisser d'une petite oligarchie interne qui visent un travail d'appareil avant celui des programmes.
Quel rôle joue JL Mélenchon avec le PCF sachant que celui ci figurait avec le même logo FDG sur deux bulletins différents de premier tour des régionales?
cordialement.

mireille la rouge 15/12/2015 13:34

Puèg,

C'est bien parce qu'il faut laisser les gens "ordinaires", ça n'a rien de péjoratif ça veut dire les gens du quotidien de la vraie vie, s'exprimer, en se faisant aider pour les points dont ils ne sont pas spécialistes, mais ce qui compte c'est leur parole.

Quand j'écris "c'était mieux avant", ce n'est pas mon point de vue: la colonisation, la misère ouvrière pendant la "belle époque", c'était le sort de la majorité silencieuse et opprimée, les millions d'esclaves sur lesquels s'est assise la prospérité des nations n'avaient pas droit à la parole, mais n'en existaient pas moins, n'est-ce pas? Donc,"c'était mieux avant", comme je l'ai précisé, est passé au filtre embellisseur de notre mémoire car c'est le temps où nous étions forcément plus jeunes. La télé nous gave dans ce sens avec des séries comme "Versailles" ou "les dessous de l'histoire" pour ne parler que de ces deux exemples parmi bien d'autres. En ce sens la manoeuvre du FN qui entretient les nostalgies est une machine à reculer. Oui nla médecine a fait des progrès, mais si tu les écoutes, on remonte au temps d'avant la Sécu, or, nous, ce que nous voulons, c'est le maintien et la généralisation de la Sécu, tu vois, il faut démonter le discours nostalgico-pétainiste, et parler aux gens de ce qui les touche vraiment, le droit aux soins pour tous. Et c'est un exemple entre mille.

Oui, qu'ils s'en aillent tou,, je suis persuadée que dans le petit doigt du smicard qui fait vivre sa famille, dans l'orteil de la jeune maman solo en empli précaire qui assure le quotidien de ses enfants, et qui gèrent leur maigre budget, il y a plus d'humain que dans toute la personne de certains de nos, et j'écris bien NOS, leaders, qui considèrent que la classe affaire est nécessaire à leur mal de dos, ou s'étonnent qu'on ne leur présente pas de Saint Amour à table quand ils vont animer un meeting quelque part. Voir le blog de Mélenchon, qui parfois m'a laissée confondue de tant d'inconscience, il n'a pas eu souvent à calculer ses fins de mois, celui-là, moi si, et mes parents et grand-parents avant moi.

Ne parle pas du travail ou de la misère qui veut, ça peut le faire un moment, genre 2012, et au bout d'un moment ça ne suffit plus, les partis sont morts, cramés, inutiles, car leurs animateurs, tant au niveau local que national sont en recherche de sièges, de notoriété grande ou petite, de privilèges petits ou exorbitants, bref, ne cherchons pas ailleurs l'absentéisme et une bonne partie du vote des ouvriers vers le FN depuis quelques années, singulièrement depuis les septennats Mittérand, c'est dire.

Assez de ces oies politiques gavées, des gens de terrain, des travailleurs, des vrais. Il n'y a qu'eux que les travailleurs écouteront. Que le patronat ne les écoute pas, la belle affaire , ils sont quelques centaines et nous sommes des millions.

puèg-pichot 15/12/2015 12:19

Salut Mireille,
Très intéressant ton point de vue : tu dis en clair ce que j'oublie parfois de préciser dans mes écrits. Effectivement c'est bien au milieu des gens ordinaires que doit se dessiner les futurs acteurs politique si nous voulons avancer.
Militant associatif je rencontre les gens du terrain, ceux qui bossent, qui se heurtent aux fin de mois difficiles, aux difficultés de transport pour aller bosser, aux nuisances sonores et olfactives, enfin tout ce qui rend difficile la vie d'un travailleur.
Ce que tu soulignes sur "c'était mieux avant" à du poids et nous ne pourrons éviter la comparaison, au moins pour les plus agés, des années 60 :"A l'époque, il y avait du boulot !", "A l'époque la vie était moins chère !",etc.
Mais par ailleurs le temps a passé et si on fait mémoire de "l'époque" on peut dire aussi : "A l'époque il fallait deux jours en voiture pour faire Rodez-Amiens !" On ne peut pas jeter au panier le confort qui s'est imposé dans de nombreux cadres de vie, même si c'est futile, penseront certains, A cela tu ajoutes les progrès de la médecine...et le développement/ouvertures des filières de santé.
Ce sont des points qui évitent de systématiquement regarder derrière son épaule...
Il n'empêche, comme tu le soulignes fort justement, les grands penseurs et acteurs du progrès humain ne sont pas que des techniciens/ingénieurs/chercheurs, on trouve des politiques, des gens dont l'opinion tranchée et brillante ont fortement influencé la marche en avant de l'Humanité.
Tu as nécessairement remarqué que mes deux pôles de concentration sont "l'écologie" et "l'économie" qui dans mon esprit sont liés de façon serrée car ce sont les deux faces de la même pièce, si l'on peut dire. Historiquement mes références sont la Commune et le CNR(avec 2 parents résistants FTP, je ne pouvais pas y échapper) mais j'ose penser que l'on doit transcender ces modèles et sinon les adapter au 21ème siècle, s'en inspirer pour aller à la rencontre des gens.
Je crois, par expérience quasi quotidienne que le renouveau viendra des gens à condition qu'on leur souffle certaines idées, certains concepts qu'ils n'entendraient jamais du fait de l'omni présence de la doxa et de l'invasion médiatique.
Je ne revendique pas la position de leader bien que souvent on me dise "C'est toi qui cause, car on te comprends", j'aime à ce que les gens décident de ce qu'il faut faire dans tous les conflits dans lesquels je me retrouve. J'ai toujours constaté que les bonnes idées, efficaces, naissent de la confrontation des idées et réflexions de chacun.
Bien sûr, nous agissons dans notre coin, mais je pense que nous ne sommes pas seuls et d'ailleurs nous pratiquons les échanges d'idées avec d'autres associations et petit à petit nous avançons.
C'est pour cela que rien est perdu à condition de revenir au niveau des gens et leur parler...mais "c'est eux qui font", si j'ose dire !

mireille la rouge 15/12/2015 11:07

Mais oui, ça marche. J'avais juste du mal à répondre, je ne sais quoi bloquait l'URL.

Puètjot.

J'ai lu attentivement, ne chinoisons pas(!)..

Et pour répondra à l'art de la guerre que tu exposes, je ferais quelques remarques, assorties d'une proposition.

Primo: pourquoi le FN s'incruste-t-il?
Je pense que ce sont des causes historico-psychologiques.Nous savons fort bien que, grégaire, l'humain a besoin d'un chef, du moins certains plus gonflés que les autres les en persuadent, et ils adorent ça, ça leur permet de se reposer et de déculpabiliser en mettant leur responsabilité sous l'oreiller.

Exemples, Les mussoliniens ont pris l'empire romain pour modèle, comme plus tard Napoléon. Hitler ne désavouait pas ce dernier dans son Panthéon, d'ailleurs. En France, c'est la figure de la pureté victorieuse de Jeanne d'Arc, etc, etc...Mais, le fin du fin, c'est e qui est ancré dans la mémoire collective: sauf pour les rescapés des camps de la mort, "c'était mieux avant". C'est normal, c'est humain, "avant" nous renvoie au temps de notre jeunesse et de nos forces. Avant , c'étaient "la Belle époque", en évitant de penser aux suites de la Commune. Avant, c'étaient "les années folles", en oubliant la boucheriede 14 et le Traité de Versailles qui préparerait la boucherie suivante.Plus près de nous, "avant", c'était l'Algérie Française, ça parle au coeur des familles pied-noirddéplacées. "Avant", c'était moins de pollution, les enfants bien tenus, pas de drogue dans les banlieues sinistres et les jeunes plus polis, c'était 45 élèves par classe et personne qui bronchait ou si peu, c'était la baguette à 45 centimes, et on savait ce qu'on mangeait, c'était ...
Le FN sait jouer là-dessus. Avant l'Europe, c'était mieux, l'Europe source de tous les maux et explication commode auprès des gens dits ordinaires. Avant la racaille socialo-communiste, c'était mieux. L'Algérie française, c'était mieux. Le FN sait parler à chaque frange de la population en lui faisant miroiter le "avant" auquel il est sensible. Entraînant en même temps, mine de rien, l'auditoire dans ce paradoxe:l'avenir, c'est "comme avant", en somme.

Eh bien, pas bête de s'inspirer de la méthode.
Avant, les grandes gu...de la gauche, étaient des gens sortis du rang, des travailleurs qui parlaient aux travailleurs, et en lesquels les travailleurs avaient foi. Evidemment ils n'allaient pas conquérir les patrons, mais on s'en fout, les patrons sont peu et les travailleurs sont beaucoup...Et cessons de raisonner "gauche" "droite", parlons bien de "travailleurs" et de "possédants" ou"dirigeants", je dirais bien capitalistes, mais c'est connoté et prédisposerait l'auditoire avant que j'aie ouvert la bouche.
Les grandes gu...de la gauche, donc. Thorez. Marchais Krasucki. Et Arlette Laguillier,

Or, qu'avons-nous comme figure de la gauche aujourd'hui?(NPA mis à part). Au PS, une génération d'énarques et de banquiers. Au PCF, des fils-de, comme Pierre Laurent, jamais élu directement d'ailleurs, mais porté sur les fonts baptismaux par MG Buffet, et sénateur grâce à un désistement exigé de la titulaire du siège. A la CGT, quand on a voulu se débarrasser de Lepaon, on lui a reproché son luxe et par conséquent sa caste. Mais le reproche était que cet homme était un homme d'appareil et qu'il n'avait jamais été un travailleur.
Et au PG? Ah, lala, je vais devenir iconoclaste. Là comme aimlleurs, nous avons une génération élevée dans la pouponnière trotskyste du PS, qui n'ont jamais vraiment travaillé (sauf des jobs d'été style chez Maty ou pigiste à la Croix du Jura), venat à la capitale dans les bagages d'un député socialiste, et propulsé après en Seine Saint Denis ou, mieux, dans l'Essonne, où on élirait un âne s'il avait la carte du PS. Penche-toi sur la liste des députés de l'Essonne ou autres conseillers généraux qui ont ensuite fait carrière, de Valls à Mélenchon ils y sont tous passés à un moment ou à un autre, y semant au besoin leur petite famille. Voilà, c'est dit.

Eh bien si on veut être entendu des travailleurs et des privés d'emploi, il faut, et sans démagogie aucune, ça c'est l'affaire du FN, il faut faire partie d'entre eux?. Avoir travaillé, et pas qu'un peu. Aller au cambouis. Pendant que j'y suis, s'appliquer à soi-même ce que l'on préconise pour la République souhaitée: vu le cumul des avantages d'élus, je dirais privilèges, et les indemnités de touts sortes, sans parler des défraiements (déplacements, hébergement à la charge du parti ou de comités), faire le ménage et le faire savoir, cest à dire quand on cumule les retraites de député, secrétaire d'Etat ou ministre, député au Parlement européen, ce sont des exemples je ne vise parsonne en particulier car les cas sont nombreux, eh bien, au-delà d'un revenu de 8000 euros par mois, on reverse à son parti, aux Restaus du coeur ou à ce qu'on veut, mais on reverse. Il est indécent d'avoir plus de 8 fois le montant d'un SMIC et d'aller parler au peuple.

Voilà, je le répète, la classe laborieuse est nombreuse, et c'est à ceux-la que la Révolution se sont toujours adressées. Et nous avons besoin de former pour être nos représentants des femmes et des hommes jeunes ou moins jeunes d'ailleurs, qui ne soient pas issus de cette caste et sachent parler en franchise, honnêteté et en connaissance de cause, aidés par des spécialistes, il n'en manque pas, en économie, sociologie, écologie, etc, car personne n'est universel. Mais il est urgent d'avoir de tels porte-paroles, qui n'aient jamais séjourné dans des ministères ou des cabinets d'élus quelconque, des personnes neuves avec la parole sincère. Mo le modèle Laguillier m'allait fort bien. Et si elle se présentait aujourd'hui, elle serait, figure-toi, plus écouté que N. Artaud vu l'aura d'honnêteté et d'intransigeance qui est la sienne.

Qu'ils s'en aillent tous, j'ai bien écrit TOUS, et place à des personnes neuves en politique et expérimentées sur le plan de la vie.
Quant à établir un "cordon "autour du FN...Il faudrait supprimer toutes les télés du pays, sauf Arte.

mireille la rouge 15/12/2015 10:25

un essai

Manuel 11/12/2015 13:15

C'est complètement inutile de se poser des questions sur la manière de combattre le FN tant qu'on n'a pas compris pourquoi, avec ou sans FN, la véritable extrême gauche est de toute façon dans les 2% des votes, depuis un paquet de décennies.

puèg-pichot 12/12/2015 12:54

Décidément vous ne comprenez rien à rien. Répondre des banalités à un texte un tantinet complexe ne reflète que la pauvreté de votre réflexion ! Si tant est que vous ayez une explication merci de l'exposer. Si c'est pour nous dire que nous sommes nuls, c'est inutile, nous sommes capables d'autocritique...(;-)

Cronos 11/12/2015 17:32

Si vous avez compris quelque chose, merci de nous l'expliquer, si c'est pour systématiquement être négatif à chaque billet, merci alors de vous abstenir, à priori nous sommes aussi perspicace et au fait que vous, nous nous passerons de vos remarques acerbes.