Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Politique N'est Pas Une Fin En Soi, Elle N'est Que L'outil Nécessaire À L'équilibre Du Monde.

  • : Le blog de cronos
  • Le blog de cronos
  • : Ici le politiquement correct et la langue de bois sont définitivement bannis, la droite et son extrême y sont honnies, la pseudo gôche de la rue de Solférino y est moquée, la vraie gauche y est chez elle, celle des citoyennes et citoyens du monde qui rêvent d'humanisme et de liberté. Nous ne pourrons connaître la paix et le bonheur tant que nous n’aurons pas éradiqué l'oligarchie financière et les prédateurs que sont les banques internationales.
  • Contact

Recherche

Pages

2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 17:07
Seule une feuille …

Seule une feuille …

Ne cherchez pas une quelconque liaison entre le titre de ce billet et son contenu, l'un est l'autre font partie d'une compréhension universelle qu'ont l'effet "paix", le mot "pouvoir" qui signifie aussi "liberté", et nous sommes loin, très loin de ce concept, nous en avons été éloigné depuis plus de deux siècles maintenant, vous ne voudriez pas que cela changeât subitement, tout de même !…

Voici un sketch datant de décembre 2013, il a eu lieu sur le blog de JLM, ceci étant devenu une rareté sur ce blog, j'oserai même dire une "perle", étant donné la rigueur dont fait preuve son WM pour empêcher tout échange d'idées sur le blog de JLM, le ramenant à un simple cahier de brouillon pour son propriétaire doublé d'un fan club des plus laudateur, rappelant largement l'époque du culte de la personnalité. Ceci afin que vous ne vous étionniez pas d'un futur possible, mais non souhaité par votre serviteur.

 

 

"Voilà maintenant plus de six ans que j'appelle à la plus grande vigilance sur le dossier EADS." signé JLM dans son dernier billet.

 

Le sketch qui suit n'a lui aussi rien à voir avec les propos tenus par JLM ce jour là.

 

jpp2coutras dit:

A juste raison ici comme ailleurs on voit la même logique de pillage destructeur à l'oeuvre pour gaver quelques nuisibles d'un magot de dividendes. Le pire est leur attitude. Conscients que le système est régressif, ils précèdent l'évênement en l'auto-réalisant. En passant ne pas oublier de tacler la goôche qui connait rien au business. Chez EADS Tom Enders et consorts se disent "pro-actifs" et déclament "ne pas attendre que tout s'écroule pour agir", nous voilà sauvés, n'est-il pas? Ont-ils une image totalement dégradée d'eux-mêmes au point de penser par avance qu'une entreprise de la taille d'EADS va foirer grâce à leur expertise hyper-libérale. Se rendent-ils même compte à quel point ils sont nuisibles, même pour le "système" ? Mais ils se redressent bien fiers pour affirmer que la pompe fournira 30 à 40% de dividendes, c'est leur objectif, leur alpha et leur oméga. Le pays à côté ce n'est rien, ça n'entre pas en ligne de compte de leurs accumulations de rapaces. Ont-ils même des idées encore plus mortifères rangées dans leur cerveau monstrueux ? Ils peuvent toujours faire pire. On doit l'imaginer pour les neutraliser à temps.

 

Si la lumière qui éclaire le monde pouvait faire rentrer sous terre cette engeance néfaste ! Eclairons pour mettre la lumière sur le Front du Peuple. Résistons !

 

 

Denis F dit:

Très beau et grand commentaire que le tien camarade jpp2coutras, si tu pouvais savoir comme tu dis vrai et comme cela est répandu dans toute l'économie mondiale, dans tout le système financier, ce système capitaliste à enfanter des monstres hideux et terrifiants, vite la révolution …

 

Par contre, je réfute la révolution bourgeoise de 1793 et le centralisme jacobin, je ne souhaite pas son retour ou sa renaissance. Je souhaite une révolution citoyenne et républicaine donnant enfin le pouvoir au peuple et à lui seul. Je ne reconnais qu'une seule chose à Robespierre son slogan républicain devenu notre devise "Liberté-Égalité-Fraternité", qu'elle puisse enfin s'exprimer et s'épanouir en faveur des plus pauvres et des plus méritants, en faveur du peuple et non de la bourgeoisie.

 

 

Nicks dit:

Puisque le billet évoque Robespierre, probablement un des hommes politiques les plus lucides que la France ait connu, ce qui n'en fait pas un saint pour autant, je rappelle pour nos amis libertaires que même Baboeuf s'est rendu compte de la stature du jacobin et de l'erreur qu'il avait faite en le vouant, comme ses adversaires de droite, aux gémonies. On peut également rappeler que la constitution de 1793, que le contexte n'a pas permis de rendre applicable, est largement redevable à Robespierre et qu'elle est remarquable en matière démocratique et sociale. A vouloir trop, à vouloir parfois ce que que veulent aussi nos adversaires, à des fins bien différentes, on se prive d'une solution accessible et durable...

 

Max Bézard dit:

Merci à celle ou celui qui donne l'info pour l'origine de la devise républicaine. Si M. Robespierre avait bien pensé cet énoncé, le mot Liberté me pose un grand, un énorme problème. En effet je considère que la portée sémantique de ce mot Liberté est celle d'un possibilité, d'un potentiel. Exactement la même acception qu'un autre mot qui ne fait pas parti de la devise, Pouvoir, qui est aussi l'expression d'une possibilité, d'un potentiel. Si M. Robespierre le savait, alors cela n'est pas parvenu aux oreilles des générations de républicains qui ont suivi. Et pour cause, la séparation de ce symbole (celui de la souveraineté) en deux entités distinctes, et qui se représentent dans nos têtes à l'opposé l'une de l'autre, nous cause de sérieux troubles sémantiques, donc citoyens. Il nous faut donc nous réapproprier ce symbole au plus vite. Un exercice simple consiste à substituer systématiquement les deux vocables. Cela fonctionne bien dans la plupart des cas et les exceptions sont dues à des abus de langage (manipulations). Liberté = Pouvoir. Si la devise se réalise, alors les souverains que nous sommes seront égaux, et enfin frères.

 

 

jorie dit:

Vous le sentez venir ce démembrement progressif de la République une et indivisible ? Tout à fait conforme à la vision atlantiste et américaine si proche de ces gouvernements (French american foundation, ils y sont quasiment tous!) et Hollande qui rêve de mettre les régions en concurrence les unes avec les autres et qui a même envisagé de faire des lois spécifiques à chaque territoire ! Lui qui voulait sacraliser le "concordat" dans la constitution. Ne parlons pas de la prestation de Mme Cosse à "Mots croisés" qui s'est livrée à une attaque en règle de la Nation pour adorer comme le veau d'or l'idée d'une europe entièrement fédérale et sans nation. Elle a oublié que c'était sous hégémonie allemande et ultralibérale, la nouvelle Nation orientée US. Karine Berger et Me Cosse rêvent d'une Europe sociale FU TU RE, donc pourquoi pas "fédérale". Cette méconnaissance et ce déni de réalités géopolitiques est terrifiante. Todd a tenté en vain d'aborder ce problème, et la pensée associative primaire l'emportant sur toute intelligence, il s'est vu taxé de germanophobie, sans que Calvi n'intervienne. La bienpensance de ce gouvernement est navrante. Oui, on peut dire qu'ils font le lit du Front National avec leurs âneries. L'union Européenne a voté le 11/12 le droit de ponctionner de 10% l'épargne des gens pour renflouer les banques. Le Think tank socialiste Terra nova propose même de taxer les propriétaires de leur résidence principale d'un loyer "fictif"!

 

 

Denis F dit:

La bourgeoisie avide et cupide est maintenant à tous les postes de pouvoir de notre pays et aussi de l'Europe, je rejoins totalement l'analyse de Jorie en 131. On peut aussi confirmer les propos de Max Bézard en 129, oui effectivement la bourgeoisie à enfin atteint la Liberté qu'elle convoitait depuis si longtemps, en s'accaparant de tous les pouvoirs grâce essentiellement à celui de la finance. Cette bourgeoisie conquérante a infiltré tous les cercles de décision, quand on voit qu'une minette telle Emma Cosse peut prendre le pouvoir en moins de 3 ans dans un parti de bobos : EELV, il faut une sacrée dose de stoïcisme pour continuer à espérer convaincre des abrutis pareils de la nécessité du changement de vision de l'écologie. Aller, vaut mieux en rire.

 

Le prolétariat (le peuple à mon sens) a bien compris, lui, l'inutile espérance de croire aux funestes et dérisoires promesses des hommes et femmes politiques, ses membres les plus intelligents se sont écartés des urnes, les plus stupides rejoignent le Front national et ses chimères ; mais surtout ne pensez pas, camarades, qu'ils soient résignés et prés à se faire tondre sans réaction, la colère est bien présente, la grogne devient quasi quotidienne, les esprits se libèrent de leurs entraves, et le pays est entré dans une période pré-insurrectionnelle, c'est pourquoi je répète sans cesse que la révolution prolétaire, si elle doit se faire, ne se fera pas dans les urnes, mais bien dans la rue.

 

 

jpp2coutras dit:

@denis F et jorie "La bourgeoisie avide et cupide est maintenant à tous les postes de pouvoir"

Oui et on peut entrevoir la suite. Elle a bousculé l'ordre immuable de la noblesse de sang et de ses privilèges en 1789 en entrainant le peuple meurtri à se libérer. Aujourd'hui ayant repris la possession des moyens de produire leur propre richesse elle se rêve en nouvelle aristocratie maîtresse absolue dans ses fiefs. Combien de divisions? toujours plus! Autant que le pouvoir incontournable des montagnes d'argent peut créer de vallées. TINA rien et Moi tout, c'est une loi de la nature, t'y peux rien! Bientôt le rétablissement des droits de cuissage, de vie ou de mort sur le bas peuple bien muselé techniquement...? Le rêve parfait pour dépeceurs psychopathes.

 

Et bien NON! Nous sommes le nombre et la conscience, Comme le rappelle à chaque intervention JLM! Et une minorité de nuisibles ne passera pas à contrario de ce cinglé d'Adolf, car aujourd'hui nous n'avalons pas la propagande comme l'agneau tète le lait avant l'abattoir. Le front du Peuple n'est pas surmonté d'une paire de cornes, il a sa force immense entre les oreilles! Et il lève le poing en rouge et vert. Prêt à frapper, n'en doutons pas!

 

Nicks dit:

Ce que dit jpp2coutras est intéressant car ce qu'il faut retenir aujourd'hui de l'évolution sociale, ce n'est pas tant le terme un peu trop marxien de bourgeoisie, qui serait omnipotente, mais bien l'émergence et l'affirmation d'une nouvelle aristocratie. La question est donc de savoir comment s'en libérer. Les classes populaires et moyennes sont certes en colère mais rien ne dit et plutôt moins que plus en ce moment, qu'elles choisiront notre camp. Voilà pourquoi nous devons sans cesse diffuser nos idées, expliquer les enjeux, proposer les solutions, plutôt que d'attendre une révolution violente que personne ne peut prétendre avoir les moyens de déclencher. En revanche, si notre corpus idéologique a bien infusé, nous pourrons infléchir le cours politique des choses vers ce qui pourrait être la sixième république, en tout cas, quel que soit son nom, une évolution plus démocratique de notre modèle. Ce n'est pas, en revanche, en le laissant se diluer dans la normalité anglo-saxonne, notamment par la régionalisation qui parcellisera un peu plus les luttes face à une finance hilare, que nous gagnerons quoi que ce soit. C'est en ce sens qu'il faut louer la volonté de Jean-Luc Mélenchon de préserver l'essence jacobine de notre pays.

 

Denis F dit:

J'ai une suggestion à faire, oh elle n'est pas originale, et, oui elle est violente, mais je n'arrive pas à en concevoir une autre, la supprimer, tout comme on a en parti supprimer l'ancienne, tâche qu'il faudrait achever d'ailleurs, car tous les contre-révolutionnaires n'ont pas été éradiqués (étêtés), et ils ont repris du poil de la bête ; la réaction (l'ancienne aristocratie) est omniprésente dans tous les corps administratifs de la nation et détient en grande partie la banque d'affaires.

 

Nous nous distinguons l'un de l'autre, camarade, concernant le jacobinisme centralisateur, car à l'évidence la démocratie réelle, celle dite populaire, ne peut en aucun cas se réaliser si le pouvoir se trouve dans les mains d'une élite ou d'un intelligentsia centrale. Plus de 200 ans d'histoire nous l'ont prouvé. Au contraire, une démocratie, telle celle d'Athène, ne peut se développer qu'au niveau du village, du quartier ou d'un comité, se seront alors les représentants du peuple qui feront remonter les décisions à d'autres membres élus qui au niveau national tranchera au travers un collège élu parmi les élus du peuple.

 

Nicks dit:

L'histoire de l'humanité nous montre malheureusement qu'il faut des structures pour nous protéger de nous-même, à moins d'en revenir à la tribu, qui pour autant, n'en avait pas moins son élite, au moins religieuse. Je considère pour ma part qu'il vaut mieux un système fonctionnel quoiqu'imparfait car corruptible, qui doit donc pour cela être régulièrement "rénové", plutôt qu'une utopie irréalisable car non conforme à notre composante animale qui pousse à la différenciation. Le jacobinisme du CNR n'était plus celui de Robespierre. Il nous reste à inventer sa prochaine forme. A défaut, j'ai bien peur que la victoire des néolibéraux ne soit totale...

 

-------------------------------------------------------

 

Je terminerais en disant que je ne pensais pas que mon camarade Nicks pouvait être aussi darwiniste "notre composante animale". De même je lui répondrais bien qu'effectivement le jacobinisme du CNR n'avait plus le caractère de classe bourgeoise qu'avait celui de Robespierre, mais bien pire encore il était doublé d'un élitisme redoutable.

Partager cet article

Repost 0
Published by cronos - dans incontournables
commenter cet article

commentaires

Maignial 07/03/2016 11:29

Ah, le jacobinisme... Je m'étais vaguement laissé convaincre par les arguments du PG à ce sujet, sans être satisfait. C'est finalement au m6r, à force d'échanges et de réflexions, que j'ai compris l'impasse de ce modèle.

Sans en avoir discuté avec toi, Denis, je suis arrivé un peu aux mêmes conclusions: il faut d'abord installer la démocratie au niveau local, car c'est la seule échelle qui le permette; et ensuite, on fait remonter certaines décisions au niveau national ou international, si on y arrive.

Dans mon idée, il faudrait organiser les institutions en assemblées locales, tirées au sort mais sous contrôle populaire (référendums citoyens législatifs, constitutionnels, abrogatoires, révocatoires). Elles prendraient des décisions locales; les votes de portée nationale seraient sommés pour obtenir le résultat. Pas besoin de représentants du peuple pour trancher, à mon avis.

Autre point intéressant à aborder: la séparation des pouvoirs. La séparation est nécessaire; comme garde-fou, dans un système autoritaire indépendant du peuple. Mais en démocratie, que cela pourrait-il signifier? Si le peuple a le pouvoir législatif et exécutif, il n'y a pas de séparation. Il y a juste la démocratie. Dans un système d'assemblées locales, les assemblées sont alors dotées des moyens qui leur permettent de mettre en oeuvre les décisions. Il n'y a pas de ministres et encore moins de premier ministre et de président. Pas d'assemblée nationale non plus. La multiplication des lieux de pouvoir les rapproche des citoyens et met fin au risque d'abus dans un système centralisé concentré.