Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Politique N'est Pas Une Fin En Soi, Elle N'est Que L'outil Nécessaire À L'équilibre Du Monde.

  • : Le blog de cronos
  • Le blog de cronos
  • : Ici le politiquement correct et la langue de bois sont définitivement bannis, la droite et son extrême y sont honnies, la pseudo gôche de la rue de Solférino y est moquée, la vraie gauche y est chez elle, celle des citoyennes et citoyens du monde qui rêvent d'humanisme et de liberté. Nous ne pourrons connaître la paix et le bonheur tant que nous n’aurons pas éradiqué l'oligarchie financière et les prédateurs que sont les banques internationales.
  • Contact

Recherche

Pages

24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 18:01
la France vient d’inventer une nouvelle manière de manifester.

Il faut garder notre capacité d'analyse et de jugement grande éveillée. Nous sommes en phase d'acceptation par les centrales syndicales de tout et de n'importe quoi, les permanents et les patrons des syndicats d'ouvriers se sont vendus aux gens qui leur permettent de vivre et d'éxister, et ce ne sont plus les travailleurs qui les font vivrent, mais les patrons… L'équation est très vite faite quand on connait le nombre de permanents des syndicats ouvriers et le nombre de travailleurs syndiqués. Il n'est pas nécessaire de sortir de Centrale ou de l'ENA pour comprendre ce simple calcul arithmétrique, aussi le texte qui suit et très informatif quant à la dérive que je souligne.

 

Cronos

C’est quoi, une manifestation ? C’est un regroupement de personnes qui, après avoir essuyé maints refus à leurs demandes, décident de montrer qu’ils représentent une force capable d’obliger les interlocuteurs à céder à leurs revendications. Un tel regroupement, pour qu’il ait quelques chances de succès, doit être chargé de menaces, comme dans tout rapport de forces. Une manifestation sans éventuelles conséquences, c’est-à-dire sans menaces, c’est du cinéma.

 

La principale menace, c’est avant tout, le risque de voir le mouvement s’amplifier et voir les colères s’exacerber, pouvant mener, sinon à la radicalisation, au moins à des blocages des outils de production ou la paralysie des institutions. Or, que voit-on depuis les années 70 ? L’Etat a, peu à peu, dépouillé les manifestations de leur côté menaçant. Toute possibilité de débordement a été canalisée en affectant aux manifestants des parcours balisés dans l’espace et le temps. Au fil du temps, ce principe est entré dans les mœurs, accepté et validé par les syndicats, les travailleurs et toute la population, au point que toute déviation équivaut à une rupture de contrat de la part des manifestants. Cela a abouti à l’utilisation du phénomène des « casseurs », présents désormais à chaque manifestation, pour introduire de plus en plus de règles restrictives, jusqu’au droit de manifester, comme cela a été tenté récemment.

 

Il n’est plus question de laisser se développer le moindre risque de radicalisation ou d’exacerbation. Les blocages éventuels, inciviques par essence, ont tendance à être criminalisés. Les centres de commandement des forces de l’ordre fonctionnent comme de véritables états-majors d’une armée en guerre. Les stratégies ne visent plus seulement à mettre en place les moyens permettant de veiller au grain et d’empêcher les débordements, elles sont aussi élaborées pour empêcher que les manifestations atteignent leur but, en les scindant, les encerclant et les dissolvant au moment voulu. En somme, les manifestations se résument en une foule plus ou moins dense se déplaçant d’un point à un autre, sur un trajet convenu à l’avance, et se dispersant à l’heure convenue. Les colères ? Les frustrations ? Les menaces intrinsèques dans tout mouvement de foule ? Tout cela est bien là, mais sur des pancartes sous forme de slogans éculés. Nous sommes entre gens civilisés, n’est-ce pas ? Il faut savoir maitriser ses colères et ses frustrations en toute circonstance, et la foule, autonome en principe, doit se calquer sur ces règles individuelles.

 

Avec de telles manifestations, qui n’ont de manifestation que le nom, le gouvernement et les patrons peuvent dormir sur leurs deux oreilles, et laisser plus ou moins faire, avec juste ce qu’il faut de vigilance, au cas où… Apparemment, ce léger petit risque, qui nécessitait encore un peu de vigilance, était encore de trop. Le gouvernement a décidé de n’autoriser les manifestations que dans des circuits fermés, comme dans des zoos. A quand les manifestations dans des stades fermés ? Ainsi, les autorités gardent la situation bien en main. Quand cette expérience sera bien rodée, peut-être verra-t-on quelques libertés nouvelles octroyées aux manifestants. Il pourra y avoir, par exemple, des espaces aménagés, le long des parcours, où les manifestants pourront déverser leur colère, cracher par terre ou lancer des cailloux dont le calibre a été défini à l’avance sur des effigies de patrons ou de ministres. Pour les plus violents, ils pourront se défouler sur des vitres mises en place la veille par les forces de l’ordre.

 

Cette nouvelle lubie du gouvernement est l’aboutissement logique de l’évolution absurde des manifestations en France depuis une quarantaine d’années. Elle n’est, cependant, pas moins hypocrite que les marches se voulant révolutionnaires parce qu’elles se déroulaient entre les places de la République et de la Bastille, deux symboles forts de la lutte en France. A manifestations symboliques, résultats symboliques. Quels patrons et quels gouvernements ne rêveraient pas de ce type de protestations ?

 

Avic Réseau international

 

Les autorités françaises ont tout fait pour amoindrir la puissance des manifestations. celle du 23 juin n’a été autorisée que la veille, ce qui veut dire que personne en province n’a pu réserver de car ou de TGV, personne puisqu’obligé de se déclarer grèviste suffisamment tôt pour être dans le droit n’a pu prévoir sa journée à Paris. même moi qui suis retraité ait fini par renoncer ; C’est du grand art, de la belle saloperie de la part de ces faux jetons pourris de socialistes.
Et cette belle pute d’Elkrief qui affirme à un responsable syndical : « Vous êtes bien obligé d’admettre que la mobilisation s’essoufle ». Quand l’hypocrisie atteint ce niveau, c’est qu’on a franchi un cap : Celui de la dictature molle, mais dictature quand même.

Vanda commentateur du billet d'Avic de réseau international

 

source : http://reseauinternational.net

Partager cet article

Repost 0
Published by cronos - dans lu ailleurs
commenter cet article

commentaires