Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Politique N'est Pas Une Fin En Soi, Elle N'est Que L'outil Nécessaire À L'équilibre Du Monde.

  • : Le blog de cronos
  • Le blog de cronos
  • : Ici le politiquement correct et la langue de bois sont définitivement bannis, la droite et son extrême y sont honnies, la pseudo gôche de la rue de Solférino y est moquée, la vraie gauche y est chez elle, celle des citoyennes et citoyens du monde qui rêvent d'humanisme et de liberté. Nous ne pourrons connaître la paix et le bonheur tant que nous n’aurons pas éradiqué l'oligarchie financière et les prédateurs que sont les banques internationales.
  • Contact

Recherche

Pages

28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 18:56

«Il n’est plus posible de croire que la rigueur maastrichienne n’est qu’un mauvais moment à passer dans un avenir radieux. Désormais, on le sait, l’avenir ressemblera au présent ! Le pacte de stabilité adopté pour le lendemain du passage à l’Euro prévoit une aggravation des restrictions budgétaires et des amendes pour le pays qui s’y refuseraient. Le chemin qui mène à la monnaie unique indique déjà la voie choisie pour l’après Euro. D’autant qu’il n’y aura pas de puissance publique régulatrice, d’assemblée souveraine, de contrôle démocratique sur la monnaie.
De même est mort l’espoir que nous pourrions éviter de nous prononcer sur les critères de convergences. Adieu leur appréciation «en tendance» ! Difficile d’attendre les avancées démocratiques de la conférence InterGouvernementale ! Inutile désormais d’annoncer solennellement que le passage à la monnaie unique constituera «en dernière instance» un choix politique mûrement pesé ! La tendance imposée par les critères est maintenant clairement affirmée. Elle doit être combattue en tant que telle : c’est la succession sans fin de plans de rigueur dans chacun des Etats qui nourrit la tendance à la récession dans l’ensemble de l’Europe. C’est l’abandon d’un modèle social spécifique et l’accélération des remises en cause de nos protections sociales.»

On pourrait croire que ce texte soit une synthèse des événements que nous avons subis ces dernières années, en réalité il a été écrit en 1997 par la gauche socialiste (1) sous le titre «la fin des illusions», déjà à l'époque le Parti Socialiste et plus particulièrement son aile gauche dont Jean-Luc Mélenchon n'était pas l'un des moindres était totalement conscient du vertige dans lequel il avait entraîné la France et son peuple, n'oublions jamais que c'est son le règne de François Mitterrand que la France a conclu ce pacte avec les libéraux européens pour ne pas dire avec le diable. Monsieur Lionel Jospin le conseiller spécial de l’actuel gouvernement socialiste, en fin connaisseur qu'il est, venait de prendre ses fonctions de premier ministre et a menée une politique qui à l’époque ne voulait pas portée son nom, mais qu’aujourd’hui l’on peut appeler sociale-démocrate à forte tendance libérale, il a vaillamment continué les privatisations entamées par son prédécesseur monsieur Édouard Balladur, en démultipliant largement «l’énergie de prévarication», sous son règne fut réalisé le plus grand nombre de privatisation des entreprises nationalisées. Aujourd’hui le gouvernement socialiste de monsieur Ayrault mène la même politique et va concrétiser toutes les promesses que Nicolas Sarkozy n’a pu tenir, vous parlez d'un changement, le seul changement auquel nous avons pu assister depuis le sacre du "hollandais voleur/menteur" et celui du locataire du palais de l'Elysée, pour le reste depuis cent jours c'est d'une triste continuité et cela va durer, je vous en fait la promesse.

(1) page 151 - Pour la République Sociale : La Gauche Socialiste dans ses textes - l’Harmattan - préface de JL Mélenchon

Partager cet article

Repost 0
Published by cronos
commenter cet article

commentaires