Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Politique N'est Pas Une Fin En Soi, Elle N'est Que L'outil Nécessaire À L'équilibre Du Monde.

  • : Le blog de cronos
  • Le blog de cronos
  • : Ici le politiquement correct et la langue de bois sont définitivement bannis, la droite et son extrême y sont honnies, la pseudo gôche de la rue de Solférino y est moquée, la vraie gauche y est chez elle, celle des citoyennes et citoyens du monde qui rêvent d'humanisme et de liberté. Nous ne pourrons connaître la paix et le bonheur tant que nous n’aurons pas éradiqué l'oligarchie financière et les prédateurs que sont les banques internationales.
  • Contact

Recherche

Pages

16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 10:54
Le plateau du Golan bombardé par Israël qui soutient les terroristes takfiristes en guerre contre l’armée arabe syrienne.

Le plateau du Golan bombardé par Israël qui soutient les terroristes takfiristes en guerre contre l’armée arabe syrienne.

 

L’abattage d’un F-16 israélien par la DCA syrienne a pris de court tout Israël. C’est le moins qu’on puisse dire !

 

Le journal libanais Al-Akbar revient sur les deux aspects tactique et stratégique de la riposte syrienne qui intervient après plusieurs raids aériens israéliens menés contre le territoire syrien depuis le début de la guerre

 

« Tactiquement parlant, l’heure était mardi en Israël à toute sorte de conjectures. Les analystes israéliens se sont perdus dans des commentaires qui allaient en général dans le sens du déni. « Aucun chasseur israélien n’a été abattu », disaient-ils.

 

Mis à part ces analyses qui visaient surtout à ne pas provoquer la panique au sein de l’armée israélienne, il y a une conséquence proprement stratégique qui se dégage de la réaction syrienne : Damas a-t-il changé de stratégie vis-à-vis d’Israël ?

 

Toujours est-il que Tel-Aviv a de quoi être vivement inquiet : si Damas se met désormais à répondre à chaque raid israélien, que devra faire Tel-Aviv ? Répondre du tac au tac et amplifier l’étendue du conflit ou refuser d’aller plus loin, quitte à laisser ses mercenaires takfiristes au Golan se faire écraser sous le poids des opérations militaires de plus en plus fructueuses de l’armée arabe syrienne et de ses alliés ?

 

Dans les heures suivant la destruction de son chasseur, Israël a envoyé des signaux qu’il a l’habitude d’envoyer quand il se trouve sous une très forte pression : l’annonce de l’organisation de manœuvres militaires d’envergures simulant une confrontation future entre l’armée israélienne et l’armée arabe syrienne de l’autre. Quelques 200 000 soldats israéliens seront mobilisés dans le cadre de ces exercices.

 

Les Israéliens ont dit suivre des objectifs à caractère dissuasif dans ces manœuvres militaires. Mais en réalité, les exercices en question dissimulent la grande inquiétude d’Israël, qui l’a poussé à rappeler une grande partie de ses forces de réserve.

 

Mais Tel-Aviv n’oublie pas non plus son ennemi traditionnel, le Hezbollah, à l’intention de qui il dit vouloir organiser d’autres manœuvres militaires simulant l’évacuation des colonies situées sur les frontières syro-libanaises.

 

Autres mesures prises dans l’immédiat par Israël : l’augmentation du nombre des terroristes blessés dans des hôpitaux israéliens, l’intensification des raids menés par l’aviation israélienne contre l’armée arabe syrienne et ses alliés dans la région du Golan.

 

De nombreux scénarios sont évoqués dès qu’il s’agit de l’avenir de la Syrie. Que Damas entre ou pas dans un conflit direct avec Israël, cela dépendra évidemment du comportement des dirigeants israéliens. Une chose est sûre : la balle est dans le camp de Tel-Aviv. C’est le comportement israélien qui décidera de l’ampleur de la riposte syrienne.

 

Un communiqué de l’armée israélienne émis dans les heures suivant l’abattage du F-16 israélien montre que cette dernière aime mieux faire profil bas. « Si le tir des mortiers en direction d’Israël est l’œuvre des rebelles, nous allons agir contre eux », affirme le texte, laissant entendre qu’Israël ne cherche pas une escalade des affrontements sur ses frontières avec la Syrie.

 

Tel-Aviv a donc compris le message d’Assad. Reste à savoir si oui ou non ce message l’entraînera dans un face-à-face direct avec l’armée arabe syrienne. Mais quoi qu’il en soit, la riposte de la DCA syrienne a fait franchir une nouvelle étape dans la guerre sans merci qui oppose depuis des décennies Israël à l’axe de la Résistance. Les Russes, qui dans ce dossier optent toujours pour une position médiane, viennent de conseiller à Tel-Aviv d’agir avec retenue. Ce qui veut dire qu’Israël n’a pas intérêt à embraser le front du Golan.

 

source: http://parstoday.com/fr/news/middle_east-i12985-golan_assad_change_t_il_de_cap

Repost 0
Published by cronos - dans Moyen-Orient
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 16:10
groupe Ahrar Al-Sham

groupe Ahrar Al-Sham

 

 

 

Un accord avait été pris entre les troupes gouvernementales et les forces syriennes rebelles pour un cessez-le-feu, ce lundi.

 

12 septembre 2016, au soir, rupture en différents points d’un chimérique cessez-le-feu.

 

L’armée syrienne progresse en Lattaquié.

 

L’avortement d’un cessez-le-feu (CLF) à l’échelle nationale.

 

Sur proposition de la Russie et des USA, un CLF de 7 jours devait commencer ce lundi, à 16,45 h. Damas avait spécifié qu’il ne concernait que les armées syriennes rebelles et ne s’appliquait pas aux mercenaires étrangers.

 

Les USA n’ont fait aucune déclaration à ce sujet.

 

Mais les « rebelles modérés » (qui sont soutenus par les USA) REJETTENT OFFICIELLEMENT le cessez-le-feu à l’échelle nationale.

 

Ahrar Al-Sham est l'un des plus grands groupes de djihadistes syriens. Malgré ses opinions radicales, le groupe est souvent appelé l’ "opposant modéré " par les médias occidentaux et est soutenu par les Etats-Unis.

 

Le 12 septembre, le leader adjoint de Ahrar al-Sham, Abo Ammar al-Omar a publiquement rejeté la proposition de cessez-le feu. Selon al-Omar, le problème est que le cessez le feu va exclure de l’accord certains groupes syriens "d'opposition " ... par exemple le Jabhat Fatah al- Sham (anciennement Jabhat Al Nusra), groupe terroriste et d'autres filiales d’Al -Qaïda en Syrie.

 

Harakat Ahrar Al-Sham, un des plus grands groupes de terroristes syriens, a rejeté le cessez-le-feu ainsi que le projet d'accord qui mettrait fin à toutes les hostilités entre les factions non-terroristes à l'intérieur du pays, ainsi que l’a rapporté le quotidien Al-Arabiya News dimanche. Le porte-parole de Ahrar Al- Sham "Abu Yousif Al- Muhajar», a déclaré dimanche que ce cessez-le feu est «inacceptable», car il renforce les forces prétendument pro-gouvernementales. Si cela est vrai, cela va probablement nuire à la fragile stabilité nécessaire pour mettre en œuvre l'accord proposé sur le terrain avec l’Islam.

 

Les combats continuent à faire rage, sur tout le territoire syrien.

 

L’aviation russe continue ses harcèlements.

 

Damas, Syrie (19:05 ) à 19:00 h.( Damas Time). Le cessez-le-feu a commencé au milieu d'une offensive rebelle dans le sud et un échange de missiles dans le nord.

 

Le 12 septembre, les loyalistes se sont emparés d’un groupe de villages dans les régions du nord-est et nord-ouest de la province et ont terminé la journée en repoussant l'alliance terroriste hors des montagnes stratégiques d’Al-Ra'i. Le contrôle des montagnes d'Al-Ra'i permet aux forces pro-gouvernementales de dominer la campagne de la province d'Idlib et le village stratégique de Kabani.

 

Les forces pro-gouvernementales ont également pris d'assaut les sommets d’El Kabbani à proximité de Jabal Hassan Al- Ra'i, de Tal Haddadeh et de Jabal Tufahiyah. À la suite de ce mouvement, l'armée syrienne et ses alliés ont pris Jabal Hassan Al- Ra'i et Jabal Al- Tufahiyah. Cependant, ils ont été incapables de pousser les terroristes hors de Kabani. D'autres tentatives pour le faire sont attendues dans l'avenir le plus proche.

Pendant ce temps, des rapports ont été publiés annonçant que le groupe Jabhat Fateh Al-Sham avait accepté de céder au gouvernement syrien le dernier district terroriste contrôlé de Homs, Al-Wa'er. L'accord comprend le transport de 300 djihadistes et de leurs familles dans la campagne au nord de la province de Homs.

 

Sources : South Front, Al Masram News et Deutsche Wirtschaft’s Nachrichten.

 

******************

Daesh n’a pas pour but la paix. La guerre est devenue une sorte de sacrifice permanent à une sombre divinité chtonienne sans rapport avec l’Islam, sorte de Baal ou de Moloch.

Repost 0
Published by Carol Deby - dans Moyen-Orient
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 15:10
Situation militaire au Moyen-Orient - Le 10/09/2016.

Je vous convie de lire d’abord ce papier écrit par un pamphlétaire américain, paru dans la revue ‘alter’ américaine Counterpunch/

 

Justice pour le peuple syrien

 

Pourquoi le peuple syrien ne peut accepter un plan pour démettre Assad de ses fonctions by par JOHN WIGHT

Counterpunch SEPTEMBRE 9, 2016

http://www.counterpunch.org/2016/09/09/why-the-syrian-people-wont-accept-a-deal-to-remove-assad/

 

« Voici à nouveau un plan de transition démocratique en Syrie.

Il a été concocté par une coalition de groupes d’opposition se rencontrant à Londres, soutenue par les complices habituels : la Turquie, l’ UE, les USA, et les états du Golfe. Il est décrit comme un plan détaillé conférant à la Syrie un pluralisme démocratique et religieux. Comme il fallait s’y attendre, il contient une condition préalable : démettre du pouvoir Bashar al-Assad. »

 

« La coalition qui agit derrière ce schéma ridicule porte le nom de Comité de Haute Négotiation (HNC), et comprend près de trente groupes ‘modérés’ différents, unis politiquement et militairement dans le but de retirer la présidence du pays à Assad. Ce que représentent exactement ces gens en Syrie même, perconne ne le sait. »

 

« Ce que nous devons savoir, c’est que Assad a le soutien de la grande majorité de son peuple, qui n’ acceptera aucun arrangement à la ‘coloniale ‘ pour déposer don président.

Le caractère amer de cette demande de déposition d’un gouvernement, c’est que celui-ci a joué un rôle indispensable dans la survie du pays, durant cinq longues années de conflit brutal, sans rémission contre les puissances déchaînées de l’enfer, avec comme résultat direct la déstabilisation de la région par les USA et leurs alliés, commençant par la guerre en Irak en 2003. »

 

« Il n’y a pas de meilleur exemple de démocratie qu’une armée soutenue par un peuple refusant de s’incliner en face d’une implacable barbarie. Comme le révèlait au début de cette année le journaliste britannique et correspondant au Moyen-Orient, Robert Fisk, 60.000 officiers et soldats syriens ont péri dans un conflit le plus brutal et sans merci dont la région avait été témoin depuis la guerre d’Irak entre 1980 et 1988. Non seulement l’armée Syrienne Arabe– constituée de soldats chrétiens, alaouites, sunnites, chiites et druses ainsi que leurs alliés libanais et iraniens, faisaient face à un ennemi tellement barbare et meurtrier qu’il supportait la comparaison avec les Khmers Rouges au Cambodge, dans les années 1970, soldats et civilis ont été abattus par des forces supportées par les états voisins comme la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar, la Jordanie, etc., en plus de leurs soutiens occidentaux. »

 

« Et ce sont là les pays et les gouvernements auquels les Syriens devraient faire confiance pour leur avenir ? »

 

« Le crime du gouvernement syrien, aux yeux de l’Occident est, non la perte de la democratie, mais plutôt le fait que la Syrie sous Assad a longtemps refusé de plier les genoux devant les USA et l’hégémonie de l’Ouest, ….. »

 

« Malgré le courage et la ténacité de l’ armée Arabe Syrienne et du peuple, il y a peu de doute que l’Occident eût réussi dans son entreprise, sans l’intervention de la Russie dans le conflit, commencée à la fin de septembre 2015. L’ intervention militaire russe fut, et continue à l’être, une remarquable réussite de logistique, de planification et d’organisation nécessaire pour la projection d’une grande puissance à des milliers de miles de ses propres frontières. Elle a montré quelques-uns de ses avions les plus avancés , des systèmes de missiles, et un armement technologiquement des plus avancés du monde actuel, battant Washington dans son propre jeu. Ceci, sûrement, est la raison réelle de la démonisation de Poutine dans les médias occidentaux. »

 

« Il ne faut pas croire qu’ Assad devrait diriger éternellement la Syrie. Il faut cependant affirmer, que le gouvernement de la Syrie est une question réservée au peuple syrien

 

Le but de ceux qui ont souffert et tant sacrifié est la victoire et non une transition. »

 

Fin de la traduction

 

***************************************************************

Le point militaire en Syrie, le 10 septembre 2016.

 

Source : South Front

 

Le 9 Septembre, l'armée arabe syrienne (SAA), la Brigade Faucons du Désert, les Marines syriens et le Parti syrien nationaliste (SSNP) ont commencé une attaque à grande échelle contre les terroristes de Jabhat Fateh Al-Sham (anciennement Jabhat Al Nusra) et Jaish al –Fatah, dans la province syrienne de Latakié. L'avance a été massivement soutenue par les frappes aériennes des aviations russes et syriennes. Des sources locales rapportent que les raids aériens conjoints ont atteint jusqu'à 60 cibles terroristes depuis le début de l'opération.

 

Les loyalistes ont capturé un groupe de villages dans les régions du nord-est et nord-ouest de la province et ont terminé la journée en chassant l'alliance terroriste des montagnes stratégiques de Al-Ra'i. Le contrôle des Montagnes d'Al-ra'i permet aux forces pro-gouvernementales d’accéder à la campagne de la province d'Idlib et au village stratégique de Kabani.

 

*************************

 

Plusieurs rebelles se sont rendus à l’armée syrienne

By Leith Fadel – Al Masdar News- 10/09/2016

https://www.almasdarnews.com/article/several-rebels-surrender-syrian-army-moadhimiyah-al-sham/

 

Damas, Syria (5:25 P.M.) – Il y a quelques minutes, un grand nombre de djihadistes se sont rendus avec leurs armes à l’ Armée Arabe Syrienne (SAA) dans la ville clé de Al-Mo’adhimiyah Al-Sham ) à l’ouest de Ghouta.

 

********************

 

Pendant un mois, les islamistes ont livré des combats féroces dans différents points de la Syrie. Ils semblent maintenant à bout de forces, et les rebelles qui pourraient bénéficier de l’amnistie commencent à se rendre. Quant aux mercenaires, leur sort est douteux.

 

********************************

 

 

Situation militaire au Moyen-Orient - Le 10/09/2016.

Coup de théâtre, ce 10-IX-2016 : les israéliens soutiennent ouvertement les terroristes en Syrie

 

Après une frappe aérienne israélienne sur l’armée syrienne, les terroristes lancent une offensive de grand style et pénètrent dans la campagne de Quneitra

 

Le 10 septembre, la force aérienne a frappé des positions de l’armée arabe syrienne (SAA) dans le village de Hader dans la province syrienne de Quneitra. Les frappes aériennes étaient synchronisées avec le départ d’une offensive à grande échelle de Jabhat Fatah al-Sham (anciennement Jabhat Al Nusra) et de ses alliés dans la même zone.

Les forces terroristes groupées ont avancé vers Hader, s’emparant de quelques sites dans les environs du village. De furieux combats se déroulent dans cette zone.

Repost 0
Published by Carol Deby - dans Moyen-Orient
commenter cet article
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 10:49
Les guerres au Moyen-Orient - état au 09/09/2016

Réinformations et analyses par Carol Deby

 

Margoulis n’hésite pas à titrer : « Les États-Unis contre les États-Unis en Syrie ».

En effet, les USA soutenaient l’invasion du Nord de la Syrie par les forces syriennes libres, utilisées comme éclaireurs par les Turcs, et en même temps appuyait les forces kurdes combattant ISIS aux côtés d’autres forces syriennes libres.

Le but des Turcs était d‘affronter les troupes Kurdes du Nord, sous prétexte d’une attaque contre ISIS.

La confusion était totale, et j’ai distingué une force syrienne libre n°1, risquant d’affronter une force syrienne libre n°2, les deux protagonistes étant tous deux appuyés par l’aviation des USA. On était, non devant un fourbi arabe (comme on disait en France du temps de la colonisation), mais bien devant un bordel à l’américaine, regorgeant de «tirs amis» et d’effets collatéraux (voir WWII, Irak, Afghanistan).

Margoulis nous explique le phénomène actuel : deux hauts commandements se disputent la stratégie à appliquer. « la Maison Blanche a lancé la guerre en Syrie, puis a perdu le contrôle du processus enclenché.» Deux meutes vont s’affronter : celle du Pentagone et celle de la CIA. Le Pentagone rationnel et la CIA, chérie des grandes dames qui se ne voient que la grandeur et le caractère exceptionnel des USA, qui seuls sont dignes de diriger le monde.

A partir de cette information, on comprend mieux ce qui se passe dans le nord de la Syrie.

Dans l’actualité militaire immédiate, il y a deux sources : South Front et Al Masdar News, pour l’analyse des résultats, Info Clearing House, le Saker et Counterpunch.

**********************************

Situation militaire en SYRIE, au 9 septembre 2016.

Al Masdar annonce la destruction par ISIS d’au moins deux tanks turcs par des missiles américains, auquels résistent les gros mastodontes russes.

By Izat Charkatli –South Front-09/09/2016

Alep, Syrie (5:14 P.M.) – Moins de 24 heures après la prise totale du district de Ramousah, dans le sud-ouest d’ Alep, l’ armée syrien a ouvert la route d’approvisionnement civil.

Au nord de Lattaquié, l’armée gouvernementale grignote le territoire aux mains d’ISIS, reprenant une dizaine de villages.

***********

Le 8 septembre 2016 a été une journée d'action lourde pour l'État islamique dans l'est de Qalamoun, près de Damas. Faylaq al-Rahman, la brigade des Martyrs d’Alabdo et l'Etat islamique (ISIS) ont échangé des tirs près de la capitale jeudi.

*

La soi-disante «Armée syrienne libre» a arraché Qunra, Mirzah et Tel Ali des griffes d’ISIS. Aidé par des frappes aériennes turques, les factions rebelles ont arraché la région frontalière turque à l'étreinte de Daesh.

La Turquie a renforcé ses forces frontalières en déployant 43 véhicules blindés avec des troupes fraîches comptant 180 hommes, à Gaziantep. En Islahiye, au nord de Afrin, un convoi de l'armée turque a déployé un certain nombre de T-155 Fırtına, obusiers automoteurs.

Les Forces de Défense du peuple kurde (YPG) se sont heurtées aux forces turques, au poste frontière de Hatay ; des feux de mitrailleuse ont suivi à leur tour. Cinq combattants et un seul Kurde syrien, membre de la force de police Asayish, ont été tués dans le combat qui a suivi.

Bien que les forces kurdes se soient retirées de Manbij, elles ne se sont pas retirées à l'est de l'Euphrate, comme le demandait la Turquie .

A Alep, une équipe terroriste lanceuse de missile, Nour al-Din al-Zinki, a utilisé un missile guidé anti-char Kornet contre un groupe présumé de combattants du Hezbollah.

Abu Umar Homsi, responsable des opérations militaires pour Jabhat Fateh al-Sham a été tué lors de frappes aériennes sur le Centre de commandement de la faction terroriste à Alep.

Bien que les rebelles aient déclaré la démolition d'un bâtiment occupé par les forces gouvernementales syriennes dans Ramouseh, le ministre de la Défense plus tard a confirmé que les forces pro-gouvernementales avaient xonquis l'ensemble du district.

Des troupes iraniennes sont arrivées dans la campagne au sud d'Alep pour aider à renforcer les forces pro-gouvernementales et les rendre plus offensives.

Repost 0
Published by Carol Deby - dans Moyen-Orient
commenter cet article